Office Mobile

Entre la continuelle pression de Google et ses récentes sorties à propos de QuickOffice ou Google Drive, et surtout (!) l’imminence de la sortie du nouvel iWorks for iCloud, Microsoft n’avait peut-être plus le choix. Résultat ? Un Office pour iPhone et un Office pour Android.

La boite de pandore est ouverte. Plus que cela, ce dernier n’est disponible qu’aux utilisateurs d’Office 365.  Un contre-feu, donc, utile pour se positionner exactement là ou la concurrence se trouve, sans trop cannibaliser les ventes de son produit phare.

Jusqu’au prochain coup de boutoir, Microsoft ne devrait pas trop bouger à ce sujet. Quid donc d’un Office Mobile ouvert à tous ? Car ce qui menace Microsoft, c’est un désengagement massif des utilisateurs et une modification profonde de leur rapport au document, et donc à Office !

Citation : Motiver ses employés

Se réunir est un début ; rester ensemble est un progrès ; travailler ensemble est la réussite

— Henry Ford

Au détour d’une mission, j’ai un jour croisé cette citation, fièrement inscrite sur un mur, visible et ostentatoire. Mais à voir les agissements des collaborateurs dans cette entreprise, la citation faisait sourire.

Notez également que l’illustre auteur de cette citation n’est d’ailleurs pas connu pour ses valeurs humanistes …

Arrêtez de prendre les utilisateurs pour des c**s

Je perçois de manière générale que les entreprises attendent, plus que des solutions informatiques, des propositions à leurs problèmes (logique Watson !). Et dans une époque où la guerre des prix fait de plus en plus rage, force est de constater que cette dernière est irrémédiablement contre-balancée par l’innovation.

Mais notre monde digital est instable, toujours mouvant et déroutant. D’où le besoin de plus en plus insistant d’une vision qui puisse englober le passé, le présent et surtout le futur. Chose que bien peu s’évertuent  à comprendre car nous vivons dans un monde malheureusement court-termiste.

Marre d’entendre des « mais tu sais, les utilisateurs n’ont pas besoin de ça » ou « chez nous, les gens ne sont pas aussi [X] que toi » (X = remplacez par la qualité souhaitée). Etc.

A côté de ça, les utilisateurs en question adoptent des technologies de rupture et modifient durablement leurs façons de percevoir le monde. L’innovation continue est maintenant devenu normative, allant au  delà du supposé conflit générationnel que certains s’évertuent à nous faire croire.

Donc s’il vous plait, concentrez-vous sur un seule et unique objectif : fournir aux utilisateurs la meilleure expérience possible. Et cela, quel-qu’en soit les conditions !

AppStore vs le Web

Les ventes de PC continuent de chuter inexorablement. La faute à la mobilité, à Android … le nouveau « Windows ». Parallèlement, l’adoption du Web se fait de plus en plus forte. A terme, ce n’est donc pas une tablette qui remplacera nos bons vieux PC mais votre navigateur.

Car HTML5 permet de contrôler les ressources clientes, de jouer dans des conditions proches d’une console de jeux moderne, remplaçant également à terme Flash et autres joyeuseries.

Mais les OS Cloud, tels Chrome OS ou Firefox OS, peuvent-ils tirer réellement s’imposer sur cet échiquier tellement instable ? Car aujourd’hui, le constat est à l’hybridité plus qu’à l’annonce d’un revirement vers une expérience totalement différente. Et à en croire les maigres résultats de Windows Phone on ne peut pas dire que le Web l’emporte sur les stores applicatifs.

Certains ont même fait leur choix. Mais plus que des considérations techniques, il y a derrière cet état de fait d’autres enjeux plus réalistes. Avez déjà essayé de surfer sur le Web avec un iPad ? L’ergonomie et l’expérience générale sont catastrophiques. Pire, Apple bloque toutes les tentatives des concurrents pour apporter un peu de sang neuf à la pratique du Web sur ses appareils.

On ne pourrait pas les blâmer, forcer l’utilisation du couple Safari/WebKit leur permet de contrôler l’expérience du Web sur leur système d’exploitation. Au travers les applications natives développées sous leurs propres standards, leur propre environnement, ils favorisent une expérience unifiée. Car Apple tire une grande partie de ses revenus de ses ventes d’applications de son AppStore … et non du Web !

Cela peut-il perdurer éternellement ? Si cette stratégie pouvait paraître vertueuse lorsque Steve Jobs s’évertuait à jouer son rôle d’innovateur, elle pourrait vite s’avérer très dangereuse, ayant un impact beaucoup plus négatif que prévu sur la pérennité même d’un écosystème et son business model.

Promouvoir le Web, à raison, avant que cela ne soit plus possible ou persévérer dans une stratégie qui, à terme, se veut déjà perdante ? Les choses peuvent aller très vite, et nous pourrions rapidement être spectateur d’un tel revirement. Car je suis convaincu que nous ne sommes que dans une période de transition vers un Web de plus en plus souverain.