Des agents démotivés esclaves de leur processus qui travaillent mal et sans passion

Nous sommes tous tellement conditionnés par le Taylorisme qu’il nous paraît parfaitement normal de séparer les têtes des bras et de faire concevoir par des gens intelligents des processus qui seront ensuite appliqués par les opérationnels – l’informatique permet de verrouiller ce mécanisme encore mieux en forçant l’application dans ses derniers détails. Le résultat : des agents démotivés esclaves de leur processus qui travaillent mal et sans passion

Source: Michael Ballé