Le navigateur web, une application parmi les autres

Nous vivons aujourd’hui dans un monde mobile. Et si depuis quelques années, les applications mobiles étaient souvent considérées comme annexes et complémentaires, elles prennent aujourd’hui massivement le pas sur la pratique d’une informatique classique, principalement concentré autour de l’ordinateur personnel et le navigateur, reléguant les sites web classiques et autres applications bureau au second rang.

time_spent_mobile

Aujourd’hui, tous les plus grands acteurs, Facebook, LinkedIn, Google et bien d’autres, s’embarquent dans une stratégie mobile globale et prioritaire. Mobile First est aujourd’hui le mot d’ordre des acteurs du Web.

Et si l’intensification de l’utilisation du web mobile se fait de plus en plus pressante, couplé aux ventes de périphériques mobiles, connectés et portables, nous ne serions pas loin de voir d’ici là des stratégies totalement et uniquement dédiées au mobile. Car pourquoi se poser la question d’une application web classique si 85% du temps passé est généré par la mobilité ?
2ed5a56f-24a1-4f4f-8a87-ab17ac5174b2-460x276
Demain nous pourrions donc voir des stratégies Mobile Only, entraînant indirectement l’hégémonie des navigateurs Web comme porte d’entrée privilégiée du Web. Ces derniers deviendront  de simples applications parmi les autres, un moyen d’accès non différencié à un Internet devenu ubiquitaire.

La fin du protocole Microsoft

J’ai fais grand cas en 2013, de l’érosion prévisible du monopole cannibale du duo Windows / Office.

  • Premièrement en opposant le dilemme protectionnisme et innovation dans lequel Microsoft  s’empêtre totalement et qui remet en cause l’hégémonie de l’utilisation des outils Office (où sont donc les versions d’Office sous iOS et Android ?). Pendant ce temps Apple et Google, Box et Dropbox proposent de quoi consommer des documents bureautique à faible coût, voir gratuitement
  • Deuxièmement en admettant qu’il existe une « convention Office« , qui ne demande qu’à se libérer du joug de Microsoft. Les mêmes acteurs cités précédemment ne sont qu’à quelques encablures de pouvoir proposer des solutions qui puisse permettre d’emprunter ce protocole convenablement (typiquement, ceci n’est qu’un problème de conversion), voir à s’en passer totalement en s’affranchissant du média « Document »
  • Troisièmement en exposant l’émergence du Cloud Personnel (et donc le Web) comme OS souverain en lieu et place de Windows. Le meilleur exemple en la matière étant Android et bien évidemment Chrome OS du même Google. « Anywhere, any time, any device »

Qu’attendre de cette situation pour 2014 ? Un revirement total paraîtrait étonnant, mais Microsoft doit s’astreindre à jouer le jeu et dominer le bal s’il ne veulent pas subir encore et encore la réalité (mais le peuvent-ils ?). Seuls les chiffres peuvent encore les perdre, car s’il est encore une manne colossale de revenus, la toute puissance du duo Windows-Office devrait continuer à s’éroder dans les années à venir.

2014 est donc un tournant, celle de la fin du protocole Microsoft. Pas la fin d’une entreprise, mais tout simplement la fin d’une évidence, d’un monopole des chiffres et d’une pensée unique. Demain, bureautique ne rimera donc plus avec Microsoft.

Google aux grandes manœuvres ?

Le Google I/O 2013 débute demain, mercredi 15 mai, et devrait -je l’imagine- tenir toutes ses promesses. Mais rassurons-nous, la folie créative de Google a ses limites.

Qui n’a jamais utilisé au moins une fois un produit estampillé Google ? Android, YouTube, Chrome, Maps, etc. autant de services ou produits qui ont fait le succès du géant de la recherche. Mais l’heure du foisonnement créatif annonce en toute logique une période de mise au placard. Échecs critiques ou réussites commerciales, la courte histoire d’une entreprise n’ayant pas même 20 ans force le respect et nous incite à prendre du recul.

Même quand un produit comme Google Reader s’ajoute au cimetière du dieu Google, il n’y a pas lieu de chipoter sur la place qu’une seule entreprise a pu avoir dans l’émergence et l’adoption d’un Web toujours plus intégré à nos vies. Dès lors, le ménage initié par Larry Page depuis sa (re)prise de pouvoir, démontre une radicalisation que certains regrettent, mais qui nous rappelle à la dure réalité : Google est avant tout une entreprise capitalistique.

Car si l’innovation est la force motrice de l’ancienne start-up, elle ne doit pas se faire au détriment du business et d’une vision globale. Et c’est à ce carrefour que nous nous trouvons. Google ayant, il me semble, lancé les grands œuvres d’un plan arrivant aujourd’hui à maturité.

Ergonomie, unification, adoption

Première étape, l’expérience utilisateur. Dans un esprit logique, la refonte graphique très épurée unifie désormais la quasi-totalité des produits estampillés Google. Ensuite … vient l’intégration !

Un des derniers exemples en date, les adaptations du moteur de recherche qui intègre des résultats liés à Google+ ou encore des tentatives de refonte du bandeau supérieur nous faisant diablement penser à Chrome OS. Plus complexe est l’unification des services de messagerie instantané / web-conférence / SMS sous un même produit (Babel ?) qui devrait rapidement pointer le bout de son nez, voir la disparition de Picasa au profit de la section photo de Google+.

Les exemples récents sont légion.

google-search

Reprenons l’exemple de Google Reader. Que n’a t’ont pas lu à ce sujet. La data (et indirectement la publicité) étant au centre du business de Google, son apparition dans la sphère sociale via son réseau Google+ semble nous rappeler que ce nouvel or noir se cache au cœur des interactions humaines. Ceux qui pleurent l’abandon d’un produit aussi efficace que Google Reader (et qui avait en son temps, tué la concurrence) oublient que sa disparition au profit du réseau social avait déjà commencée en amont. Google fait donc la part belle à la curation, en lieu et place d’un RSS qu’il n’a jamais réellement aimé (et qui ne va pas mourir pour autant …).

L’avenir me donnera peut-être tort, mais nous pourrions trouver ici la raison de la non-existence d’API ouvertes pour Google+, cette absence nous poussant à un usage manuel et humain. Il ne manque à Google+ qu’un seuil critique d’utilisateurs pour en faire une plateforme incontournable, aux autres Twitter, Facebook ou LinkedIn la jouissance de profiter du spam des API automatisées. L’infobésité nous guette tous et ici se trouve peut-être la solution à ce problème, aidé qu’il est par son moteur de recherche et son écosystème (une histoire d’intégration, encore et toujours). Notons également qu’en parallèle, Google continue de lorgner sur le Login, fer de lance des plateformes sociales.

Mais la volonté forte de Google est de s’assurer de données de qualité et donc une consommation toujours plus poussée de ses services. Pour cela, quoi de mieux que de rendre l’expérience plus véloce, poussant à une adoption toujours plus croissante de la toile ? Chose faite en décidant de forker WebKit pour créer Blink, mais aussi en s’attelant à DART en lieu et place de JavaScript, QUIC pour UDP et SPDY pour HTTP (voir même en initialisant son projet Fiber).

Chrome profitera rapidement de ces évolutions, renforçant l’idée d’un navigateur rapide, porte ouverte vers le monde de Google. Quelle est la 1ère chose que l’on vous demande en vous connectant à Chrome ou Android ? vous identifier grâce à votre compte Google, bien évidemment … car comme indiqué plus haut, qui ne profite pas des services de Google ?

Chrome + Android = Chrome ?

Que de services ! Applications Web/client lourd d’un côté,  extensions/applications au sein de votre navigateur de l’autre. Ah et attendez, vous pouvez également y rajouter vos applications mobiles. Le casse-tête est cornélien, ceux qui utilisent Windows 8 comprendront …

Typiquement, Google s’embarrasse d’un portefeuille applicatif conséquent, conjointement à deux places de marché que sont le Chrome Web Store et le Google Play (voir un troisième). Plus vous consommez le Web au travers des services maison, plus Google sera à même de proposer des services à valeurs ajoutées à ses « vrais » clients (ceux d’Adwords/Adsense). Car VOUS êtes le service à forte valeur ajoutée.

Mais Android n’est pas, à l’image d’iOS qui pousse à la consommation d’Apps, un système qui favorise l’utilisation du Web (et donc, génère relativement peu de revenus pour Google). Car qui utilise sur un navigateur en situation de mobilité ? Le problème est pour Google cornélien, car sorti de quelques usages, il est fort à parier que tout le monde favorise à raison les applications natives. C’est sans compter les Facebook, Amazon et autres Samsung qui ne s’embarrasseront pas d’intégrer très longtemps les services Google aux profits des leurs (de là née peut-être l’idée de Google de créer des appareils maisons à moindre coûts).

Pour solutionner cet état de fait, Google ne serait-il pas en train de nous préparer à terme une révolution de l’intégralité de ces systèmes ? Quelques indices portent à y croire.

Chrome + Android

La sortie du Pixel en est peut-être un. Étonnant, dirons certains, de voir Google se mettre à produire un « ordinateur ». Et peut-on d’ailleurs encore parier sur un ordinateur dans une ère post-PC. Une coquetterie ? Un épiphénomène ?

Certes, celui-ci est un Chromebook. Pas de configuration, de mises à jour, de failles sécuritaires, un démarrage ultra rapide … on connait le refrain et les avantages/désavantages que promet l’OS de Google. Bien évidemment certains usages ne seront toujours pas satisfaits (je lis toujours des « et mon Photoshop », « et mon machin ceci »), mais cela risque de moins en moins se vérifier (à cela Google apporte d’ailleurs des solutions via NativeClient ou les Packaged Apps).

Mais plus que tout, on peut se poser la question de cet écran tactile, l’appareil n’étant pas un hybride et Chrome OS non-adapté à des usages de ce type. Pourquoi ne pas imaginer Chrome OS marcher sur les traces d’Android et investir le marché des tablettes ? Pourquoi ne pas imaginer cette intégration aller au delà et prédire des ponts permettant indirectement d’inclure le petit bonhomme vert au sein du navigateur ? Car Google lorgnera naturellement sur les développeurs Android pour accroître son portefeuille applicatif, l’hybridité ne pouvant être perçu que comme une solution temporaire.

Tout ce dont nous avons aujourd’hui besoin pour consommer le monde qu’est le Web est un navigateur. Cela va se vérifier, que ce soit pour surfer, travailler, jouer ou d’autres sphères de notre vie. En résulterait, à terme, une plateforme (plus qu’un OS) qui serait en confrontation directe avec l’acteur qui domine encore actuellement le monde de la micro-informatique (mobiles mis à part), à savoir Microsoft.

Windows vs Google. L’ancien monde, contre le nouveau.

IT post-Microsoft

Et d’ailleurs si l’hégémonie de Microsoft commençait à drastiquement infléchir par la même occasion ? Nombreux sont ceux qui aimeraient réduire leu servitude (et indirectement leurs dépenses) envers Microsoft et son incontournable couple Windows/Office. Du pain bénit pour Google, qui au travers ses Apps gagne de plus en plus de  parts de marché.

66% des 100 plus grandes universités américaines les utilisent, remportant l’adoption des plus jeunes, tout cela pour un prix qui s’est souvent vu être complexe à combattre pour la concurrence. L’occasion de prendre de vitesse un Microsoft fébrile, qui a tardivement pris le virage du Cloud et s’embarrasse d’un Windows 8 bâtard et boudé ?

C’est à ce moment que Google s’attaque à Office. En intégrant nativement QuickOffice directement à Chrome (et donc Chrome OS), et donc en palliant les faiblesses de son Google Drive, l’expérience serait alors totale (notons que de son côté, Microsoft s’essaye au chemin inverse, en poussant son Office vers le Cloud …. et à terme, on peut l’imaginer, sur tablettes). Imaginez les impacts qu’une telle annonce pourrait avoir à terme, dans ce duel de titans.

Pour finir, je parlerai de la place de Google+ dans le monde de l’entreprise. On a souvent vu à tord, je pense, le réseau social comme le stéréotype du parfait outil de productivité. L’avènement des AppStore et autres Activity Stream devrait compléter la vision d’un outil unique intégrant applications collaboratives et métiers.

Mais cette vision ne supporte pas l’ouverture au monde et à l’ensemble des parties prenantes de l’entreprise. Et sur ce terrain, Google peut jouer un rôle de choix. Vos collaborateurs sont déjà sur Google, vos clients également, vos fournisseurs, vos partenaires. Ils ne sont plus qu’à un seul clic de pouvoir collaborer avec vous via une plateforme qui a d’ores et déjà fait ses preuves et qui, au travers des Apps et de Chrome, devrait de mois en mois se transformer en parfaite plateforme applicative et collaborative.

Au bout du bout, Google peut doubler la mise et redevenir Google. Mais en cela, il pourrait également refaire naître le spectre d’un Big Brother déjà bien trop présent. Prochaine étape, les Google Glass et l’intégration encore plus poussée du Web à nos vies ?

Don’t be Evil, disaient-ils. Début de réponse, peut-être dès demain.

Messagerie d’entreprise, et pourquoi pas Google ?

J’avais déployé il y a de cela 1 an des montagnes d’arguments comparatifs entre les solutions de messagerie dominantes du marché (celles de Google, IBM et Microsoft) s’appuyant sur les attentes des utilisateurs, à savoir sécurité, fonctionnalités, confidentialité, vision, etc. Bref toutes les peurs communes rapport aux solutions Cloud, mais c’est bien la performance qui était à l’honneur. Et à l’époque de cette étude, les solutions de Google étaient déjà au-dessus du lot sur tous les points.

Depuis tout ce temps, il n’y a plus à contester l’existence du géant de Mountain View dans le domaine de la messagerie. Il est même devenu un acteur incontournable. De nombreuses entreprises, et pas les plus petites, migrent vers Google et la tendance devrait s’accentuer en 2013. Reste bien évidemment une réserve non négligeable d’entreprises qui conservent leur messagerie en interne -pour des raisons que ne pourrions tout à fait débattre- principalement sur des solutions Microsoft, IBM ou bien encore Zimbra.

Sur son propre terrain, un seul concurrent réellement compétitif fait face à Google et son GMail : Microsoft. Ce dernier s’essaye à rattraper le temps perdu et peut compter sur son image de marque, son influence dans la sphère entreprise et son parc établi. Car si l’ère post-Microsoft est d’actualité, le Cloud est un rouleau compresseur qui va dans le sens d’une évolution toute naturelle. Le prix et la performance auront raison de la plupart des infrastructures privées, et les logiciels passeront également sous le spectre de la comparaison.

Mais pour être tout à fait clair, la bataille se joue du côté des utilisateurs et du grand public. Et sur ce terrain Google gagne du terrain, aidé par une pléiade de produits tels Android ou bien encore Chrome.

One account to rule them all

Revenons à nos moutons. Pourquoi préférer une solution plutôt qu’une autre ? Google, Microsoft, IBM, … ?

Même s’ils ont un intérêt évidemment réel, il y a un et un seul aspect qui devrait aujourd’hui nous intéresser : l’interopérabilité. Comme je l’expliquais à propos du Réseau Social d’Entreprise, une application qui ne peut communiquer, ne peut donc s’intégrer avec d’autres applications et agit littéralement en aveugle. Et côté interopérabilité , Google est le roi incontesté. Une startup se créée ? vous pouvez parier qu’elle se posera la question de son intégration native avec Google.

Pourquoi ? Pensez grand public. Une grande partie des utilisateurs utilisent déjà Google pour la recherche, ont un smartphone Android, un compte  YouTube. Le seul service qui pourrait aujourd’hui tenir la comparaison est Facebook. Mais le réseau social n’est pas un acteur de la sphère professionnelle collaborative, ce qui limite drastiquement son impact sur l’écosystème des applications d’entreprise.

Google peut donc être considéré comme le choix du roi (nous pourrions parler du bien fondé et de son emprise sur le Web mais ce n’est pas le sujet de l’article). Il vous ouvre un champ des possibles qu’aucun autre acteur ne peut vous fournir, une autre option pourrait même paraître étonnante. Pourquoi donc se priver de choisir la solution offrant le plus de possibilités via son ouverture et sa place de choix dans la sphère Internet ? Le Web, le Cloud sont au centre de nos vies digitales, vous ne pouvez plus vous contenter de croire que votre PC est votre unique porte d’entrée sur le monde, de même que pour votre système d’information interne.

Cela fait de Google une quasi-évidence. Vous doutez de tout cela ? Regardez autour de vous …

asana

azendoo

do-salesforce

doodle

podio

producteev

sliderocket

todolist

trello

viadeo

Office 2013, mais où va donc Microsoft ?

La nouvelle mouture de la suite bureautique de Microsoft vient de sortir. Parmi les habituels packs (de 139 € à 539 € pièce !) se glisse une nouvelle offre « famille » qui se base sur un modèle d’utilisation hybride, PC/Mac et Cloud/Mobile, le tout en abonnement mensuel ou annuel.

Que se cache derrière cette offre ?

  • La suite Microsoft Office Professionnelle 2013, installable sur 5 postes (à partir de Mac OS X 10.5.8 ou PC Windows 7) voir utilisable en mode virtualisé si vous n’avez pas le logiciel sur votre machine (limité à Windows 7 et 8)
  • L’accès au même Office dans le Cloud et sur mobilité … enfin pour le moment seulement sur Windows Phone (le tout, hors Publisher, Acces et OneNote)
  • Un espace de stockage SkyDrive de 20 Go
  • Et 60 minutes d’appels Skype par mois
  • Le tout à 99€ par an

office365-famille

Plus que son contenu, cette offre surprend par son mode de paiement via abonnement (une première !). Mais son orientation familiale nous permet de nous poser la question suivante : faut-il acheter ce package et acquérir cet Office 2013 ?

Qu’a bien pu faire l’équipe Office en presque 3 années ? Si l’on remonte dans le temps, la version 2007 avait apporté le ruban, OpenXML et l’intégration OpenDocument / PDF. La version 2010 marquait les premiers pas de la version Web d’Office. Donc qu’en est-il de cette version 2013 ?

Bien naturellement, le logiciel de bureautique de Microsoft a évolué. Nouveau design, ergonomie adaptée au tactile, évolution d’Office Web Apps, intégration au Cloud de Microsoft (SkyDrive), possibilité d’éditer des PDF. Peut-on considérer cela comme suffisamment adapté à nos attentes ?

Et bien, c’est l’offre dont je parlais ci-dessus qui nous en apporte la réponse : Mobile et Cloud. Et sur ces deux points, Office 2013 peut décevoir.

Adopter le futur  …

Posons-nous LA question du moment. Où est donc la version iPad d’Office ? Où est donc le « vrai » Office mobile ?

Certains pensent sa sortie imminente. Si cela se trouve, elle existe même déjà, bien au chaud … mais elle ne sortira peut-être jamais. Pourquoi ? Un souci d’achat in app ? Non, comme le souligne Ars Technica, ce serait tout simplement la meilleure opportunité et la pire erreur à commettre.

Making the unique … less unique

La meilleure opportunité de mettre tout le monde d’accord en tirant parti du savoir de Microsoft en matière de bureautique, et la pire erreur en ouvrant la boite de pandore d’un Office ne tournant pas sur un PC (la version Mac existe bien, mais nous sommes loin des taux d’adoptions d’Android ou iOS). Chaque Office sur iPad vendu serait un manque à gagner pour Microsoft (moins les 30% de marge d’Apple) et autant d’utilisateurs qui se détourneraient de Windows.

Pour le second point, le nouvel Office Web Apps souffre d’une ergonomie qui l’empêche de faire bonne figure sur tablettes. En trois ans, Office Web Apps n’apporte rien de radical, rattrape au mieux son retard sur la concurrence et n’est qu’une application vivant dans l’ombre de son grand frère, solidement installé sur votre poste de travail.

Office365-Office2013

Un poste de travail qui aujourd’hui devrait, nous dit-on, rimer avec un Windows 8 s’essayant à marier PC et Mobile. Mais à force de s’essayer à faire une pierre deux coups, l’hybride ne serait-il pas devenu l’ADN de Microsoft ? Cela me fait penser à Kodak, qui avait depuis le milieu des années 70/80 tout ce qu’il fallait pour régner sur la photo numérique et qui, le cul entre deux chaises, s’était efforcé de faire le grand écart entre un futur qu’ils maîtrisaient sans doute mieux que tout le monde et un passé auquel ils s’accrochaient farouchement.

Kodak Advantix

… ou mourir

Mais n’en somme pas là. Microsoft étant loin d’être moribond.

Malgré tout, pendant ce temps, la concurrence avance ses pions. Et cela me renvoie à la place de Windows dans notre quotidien, car au fil des années, Microsoft s’est efforcé de faire de son système d’exploitation le centre de nos vies numériques.

Et Office n’en est que le bras armé. Que penser d’un Windows dans un environnement qui évolue en dehors de sa sphère d’influence ? Aujourd’hui, seul le Cloud prévaut, peu importe le moyen d’accès. Il n’y a donc pas de fatalisme à penser que nous nous réveillerons sans doute un jour dans un monde où Windows ne sera qu’une option parmi tant d’autres.

Et les entreprises dans tout cela (la chasse gardée de l’éditeur) ? Prenez une tablette qui n’a aujourd’hui pas le loisir d’avoir un Microsoft Office. Vers quoi les utilisateurs vont-ils naturellement migrer ? Une tablette Microsoft ou une solution tierce, bien évidemment. Et c’est ici que la chaîne représentée par le couple Windows/Office commence à s’effriter dangereusement. D’où cette offre étonnante dont je parlais en introduction et qui s’essaye à contrer une concurrence de plus en plus offensive.

Faut-il y voir un signe avant-coureur ? Seul l’avenir nous le dira.

Protectionnisme contre innovation

Microsoft est aujourd’hui un géant. Son business lui rapporte plus de 70 milliards de dollars (dont un tiers pour la seule division Office), et comme disait Louis Gerstner à propos d’IBM, il est finalement difficile de faire danser un éléphant. Microsoft a sans doute déjà les armes pour gagner la bataille, mais a également pour mission de défendre son territoire et son trésor de guerre, quitte à devoir surréagir en urgence. Et c’est ici que les acquisitions que sont Yammer et Skype peuvent devenir salutaires, en s’imprégnant d’une culture différente et en allant là où les utilisateurs sont et vont.

“Is every Office document a website? It’s possible”

Les hommes de Balmer vont donc certainement patienter et sonder le marché grâce à leur triptyque Surface / Windows 8 / Office 2013. Ce triumvirat doit s’imposer pour imaginer remonter une pente qui commence à devenir dangereusement glissante. La survie de la firme, où tout du moins son « aura », en dépend (même si le spectre d’un Microsoft omniprésent a toujours la peau dure).

Entre-temps, certains acteurs continuent à s’affranchir d’une logique physique. D’autres créés ce qui pourraient être les futurs vainqueurs d’un jeu qui risque d’être passionnant. Autant d’éléments qui remettent en cause la place du PC comme nous le connaissons, pointant du doigt la question que pose le facteur de forme … et donc s’en détacher petit à petit. Car à bien y réfléchir, Windows est une surcouche plus ou moins utile qui s’intercale entre l’utilisateur et son navigateur Internet.

Demain, nous devrions donc nous affranchir de toujours penser Windows / Office. Ce duo n’est aujourd’hui à notre disposition que pour consommer nos données et est finalement condamné à redevenir ce qu’il est : un outil.

Une hyperconnectivité normative ?

Lorsqu’on aborde la question de l’utilisation des terminaux mobiles personnels dans un contexte professionnel (Bring Your Own Device – BYOD), deux avis s’opposent.

D’un côté ceux qui, hyperconnectés, ne voient pas d’un mauvais œil de pouvoir utiliser leurs outils professionnels avec leurs propres appareils (ils l’appellent souvent de leurs vœux). Et de l’autre, ceux qui pointent du doigt la dangereuse évaporation d’une division vie privée / vie professionnelle, voir un moyen pour leur employeur de les espionner sans parler des soucis de sécurité que cela peut soulever.

Je n’entrerai pas les détails de ce débat. Chacun, de mon point de vue, doit pouvoir agir de la manière dont il le souhaite même si, en étant tout à fait honnête, un tel cadre me parait difficilement tenable du moment que l’entreprise le propose (nous verrons plus loin pourquoi).

Une caractéristique normative

Nous vivons dans un contexte où la mobilité fait d’ores et déjà partie de notre quotidien. Et si le débat du BYOD est plus que d’actualité, on peut nuancer le « cliché » en disant que l’opposition productivité / vie privée est plutôt saine et se résoudra dans un futur propre.

L’évolution du travailleur, couplé à l’émergence d’une génération entière de salariés hyperconnectés (la fameuse Génération Y), risque fortement d’impacter les caractéristiques des profils que pourront rechercher les entreprises.

Et à croire ce que l’on constate sur le terrain, le principe est même déjà d’actualité. Les recruteurs commencent à envahir les réseaux sociaux professionnels tels LinkedIn ou Viadeo. Certains métiers ont accès à des plateformes ayant la faveur des recruteurs comme GitHub pour les développeurs ou Dribbble pour les créatifs. Certaines applications Facebook sont destinées à chasser directement les talents sur une application initialement réservée à la sphère privée.

Dans un contexte de guerre des talents, l’hyperconnectivité va-t-elle devenir une norme, une caractéristique recherchée ?

Un refus intenable

L’hyperconnectivité est le reflet de l’accès aux nouvelles technologies émergentes par le grand public. Depuis quelques années, l’entreprise est à la traine sur les nouvelles technologies et pendant que les usages privés évoluent, le monde professionnel stagne. D’où une incompatibilité que le BYOD promet indirectement de combler en alliant mobilité, ubiquité et disponibilité. Le parfait écho du travailleur nomade : pouvoir utiliser n’importe quel mobile (et plus particulièrement le sien), n’importe où du moment que cela passe par Internet et n’importe quand.

L’envie est donc motrice dans ce sujet, une question d’offre et de demande. Et face à la cela, le bouclier de la vie privée est un garde-fou qu’il est impératif de prendre en compte. Bien évidemment, dans un tel contexte un refus total est quasi intenable. Peut-on se prévenir de l’utilisation d’outils mobiles dans une entreprise ? Cela parait être mission impossible, la position se voulant liée à la notion de liberté.

La nature a, dit-on, horreur du vide.

L’émergence du travailleur nomade

Mais mon analyse m’amène tout simplement à me poser la question de l’adaptation de ceux qui refusent toute évolution. Que vont devenir ces cadres et employés voulant absolument dissocier vie privée et vie professionnelle ? L’évolution de l’outil de travail, fondation de la relation employé / employeur, amène actuellement son lot de questions liées au juridique, aux ressources humaines, à l’informatique mais rarement celui du travail en lui-même et à la perception que nous pouvons tous avoir de celui-ci.

Car passé la phase du questionnement, les entreprises évolueront-elle si facilement vers un mode de travail plus nomade ? On peut se poser la question car là où le problème étant relativement localisé lorsqu’il ne s’agissait que de quelques cadres, il risque de devenir beaucoup complexe à gérer du moment où chaque employé se verra impliqué dans une telle démarche. Qui plus est si l’hyperconnectivité devient normative.

Comment se désintoxiquer de son smartphone

Qu’il était bon le temps de la découverte de l’Internet de poche. Pour ma part, la révélation date de 2009 avec un Android G2. J’empilais les applications, testait tout ce qui se faisait, restait à l’affut des dernières nouveautés et prévoyait déjà de changer de téléphone tous les 36 du mois pour « rester dans le coup ». C’était l’utopie, tout était beau, tout était nouveau.

Passés les premiers amours …

Pour être tout à fait honnête, cet objet a eu un effet couteau-suisse que je ne peux nier. Certains appareils du type GPS, Gameboy, appareil photo, réveil, baladeur, montre, calculatrice et quelques autres ont fait les frais de l’apparition du téléphone intelligent dans ma vie. C’était, comme disait justement l’autre, une révolution. Et bien évidemment, je ne m’étonne plus de penser à chaque fois que cela m’est permis, qu’il y a sans doute déjà une application pour ça 🙂

Tels les premiers pionniers, avoir l’impression de marcher pour la première fois dans une sphère totalement inconnue a quelque chose de grisant.  Et puis, au fil du temps, les smartphones ont commencé à fleurir dans les poches. Un iPhone ici, un Android par là … La découverte faisait partie du quotidien.

Une drogue dure

Dans notre monde hyper-connecté, tout est à portée de main. Le smartphone fait dorénavant office, comme j’aime à le répéter, d’extension de cerveau. Nous vivons littéralement avec cette « chose » : on sort avec, on dort avec (où tout du moins à portée de main), on joue avec, on fait nos courses avec, … on ne le lâche pas d’une semelle.

Tant et si bien, que le smartphone est devenu en quelques petites années, le bras de l’Internet connecté, du Web 2.0. Facile à dégainer, facile à utiliser, bref … il faisait corps avec nous même. D’ailleurs il n’est pas rare, lorsque que je m’étonne à discuter smartphone, d’entendre dire « je ne l’utilise quasiment plus pour téléphoner ». Et oui, le smart a éclipsé le phone.

Les usages que l’on y développe sont à peu de choses près identiques à ceux que l’on peut pratiquer sur un ordinateur … mais en plus insidieux. Pourquoi cela ? Parce que celui-ci se trouve au creux de votre poche. Un commentaire Facebook ? Une alerte, un petit jingle, une vibration et on se sent obligé de dégainer. Idem pour les mails, les SMS, les mises à jour d’applications, etc. De plus, malgré sa petite taille, l’appareil regorge d’applications qui vous tendent les bras. Tout y est pour vous faire plonger, j’en connais même qui ne pourraient aller aux WC sans leur greffon numérique …

Multipliez donc les usages, vous multiplierez les interactions et les interruptions. Toute votre vie y passe.

Detox Inbox

J’avais précédemment écrit un article sur le mail, et fait le tour des actions à réaliser pour lâcher prise. Le smartphone peut facilement faire l’objet du même traitement.

Règle n°1 – Séparez le privé du pro

Un français moyen passe en moyenne 15 minutes au téléphone par jour. Ce que ce chiffre ne dit pas, ce sont les statistiques d’utilisation des professionnels. Ces derniers sont  souvent esclave de leur téléphone et y passe leur vie, la mobilité ne faisant qu’amplifier le phénomène.

L’ensemble des règles que je vais décrire s’appliquent donc, à votre smartphone personnel ou professionnel. D’ailleurs, pour bien commencer, ne succombez pas à la mode du « Bring Your Own Device ». Il est sans doute tout à fait grisant de pouvoir se la jouer dernier cri avec son iPhone 5 plutôt qu’un vieux Nokia ou BlackBerry fourni par votre société, mais la 1ère chose dont on a pas envie, c’est de recevoir un mail ou un appel pro en plein week-end détente. J’ai pratiqué et je peux vous dire que ce n’est pas une solution propice à la paix des ménages.

Donc, répétez après moi : la terre ne s’arrêtera pas de tourner si je me « déconnecte » (au sens propre comme figuré) dès que je sors de ma sphère boulot. Ce n’est pas du zéle, mais une question d’équilibre. Quoiqu’il arrive, le téléphone existe, et vous pouvez toujours laisser des instructions et votre numéro personnel à quelques collègues au cas où. Nous verrons comment, avec les règles qui suivent, compléter la démarche.

Règle n°2 – Laissez le vivre

Oui, oui … franchement, laissez-votre téléphone tranquille. Libérez-vous de lui, et lui de vous. Vous avez un smartphone pro ? Éteignez-le dès que vous sortez du boulot, laissez-le au bureau et ne le rallumez que lorsque vous reprendrez le lendemain ou sorti du week-end.

Bon OK, je vous autorise à l’allumer et le consulter un peu avant mais n’abusez pas. La règle de l’urgence décrite plus haut est réelle. Si une vraie urgence arrive, ne vous inquiétez pas, on trouvera toujours le moyen de vous contacter !

Et concernant votre smartphone perso, ne soyez pas tout le temps dessus. J’en vois qui ne peuvent s’empêcher de le trainer jusqu’à leur table de restaurant. Tout le temps dessus, toujours alerte. Laissez-le donc dans votre sac, votre manteau ou chez vous si vous n’en avez pas besoin.

Coupez le cordon ombilical, ne devenez pas son esclave.

Règle n°3 – Évitez les distractions

Le smartphone a intégré la dimension « Internet » au phénomène du téléphone. L’usage des applications mobiles a depuis peu dépassé celui de l’usage d’Internet sur ordinateur, et cette tendance ne risque pas de s’inverser.

Mais dites-vous bien que votre smartphone n’est pas votre bureau. Vous n’y produirez du contenu qu’épisodiquement. Donc pas besoin d’installer obligatoirement toute la panoplie d’applications que vous pourriez retrouver sur votre PC. Supprimez les jeux auxquels vous ne jouez ou jouerez plus, idem pour les applications d’informations et d’obscurs réseaux sociaux.

Gardez à l’esprit que plus vous en aurez et plus aurez la tentation de perdre votre temps en lançant une application X ou Y histoire, comme le dit si bien l’expression, de « tuer le temps ».

Règle n°4 – Ne gardez que l’essentiel

Avant de me décider à nettoyer mon smartphone, je devais avoir une bonne centaine d’applications. L’appareil en question (un Android), ramait à tout bout de champs, son autonomie réduite à quelques heures en usages intensif. Le serpent se mordait littéralement la queue, ne voyant à mon problème qu’un souci lié à la vétusté toute relative de mon appareil. Monde de merde … m’acheter le dernier bijou technologique à 500€ devrait bien changer la donne …

Et bien non, rassurez-vous. Même si je suis conscient de l’obsolescence programmée de mon téléphone, la seule et unique solution reste de faire le ménage.

Posez-vous les bonnes questions :

  • Ça me sert ?
    • Oui ? OK on garde
    • Non ? Poubelle
  • Sinon ça t’arrive réellement de l’utiliser cette application ?
    • Oui ? Je la classe quelque part, je sais qu’elle est là, au cas où …
    • Non ? Bon, tu peux la virer

Au final, je me retrouve aujourd’hui avec une petite armée d’applications qui ont toutes faites leurs preuves (ajoutez à ces dernières les applications natives Android : GMail, Calendar, Maps, Navigation, etc.) :

N’oubliez pas de remiser l’accès au Google Play/App Store, très très très loin (cachez le, supprimez-le, oubliez-le). Mieux vaut éviter de perdre son temps à fouiner dans les centaines de milliers d’applications existantes.

D’ailleurs ne vous dites même pas que vous pourriez louper une application. Si un indispensable pointe le bout de son nez sur la planète, ne vous inquiétez pas, quelqu’un vous en parlera surement, on vous partagera l’information à un moment où à un autre.

Bien évidemment, tout cela reste fonction de vos usages et de vos (mauvaises) habitudes …

Règle n°5 – Supprimez les notifications

Supprimez toutes les notifications ou mises à jour de votre téléphone. Je dis bien TOUTES !!! Taillez dans le gras, osez aller dans votre application Facebook et mettez en veilleuse toutes les notifications (non, en fait, virez Facebook tout court, ce sera plus simple :)). Répétez ensuite l’action pour chaque application.

Préférerez les mises à jour automatiques et silencieuses dès que vous vous connectez à un réseau Wifi. La barre de notification est un aimant sur lequel vos yeux se sentent inexorablement attirés. Pour éviter de succomber il vous faut donc être radical et vous éviter autant que possible de tomber dans le panneau.

Vous devez, au bout du compte, ne recevoir que l’essentiel. Typiquement tout ce qui est rattaché à la fonction téléphone à savoir les appels/SMS.

Oui, j’oubliais. Plus terrible que la barre de notification, les jingles et autres vibrations sont ce qui se fait de plus intrusif. Comme pour les notifications, réservez cela aux fonctions de téléphonie et supprimez tout le reste.

Au passage, gardez-vous de permettre à votre téléphone d’émettre le moindre son sauf si cela est nécessaire. Ceux qui utilisent les transports en commun comprendront …

Règle n°6 – Optimisez l’espace

Vous l’aurez compris, il faut éviter au mieux d’être tenté. Cachez-donc cette tablette de chocolat qui traine sur la table, limitez-vous à n’afficher de manière visible que les applications nécessaires (Android le permet, sinon utilisez des dossiers).

Utilisez des raccourcis (comme l’exemple ci-dessous ou j’utilise un raccourci vers l’envoi d’un SMS à un contact précis), n’utilisez des widgets que si cela vous apporte quelque chose.


Si vous souhaitez néanmoins vous mettre au courant de ce qui passe dans le monde essayez Flipboard. Cette application m’a permis de supprimer une vingtaine d’autres applications d’informations (bye bye Twitter, Facebook, Seesmic, LinkedIn, 20Minutes, L’équipe, Le Monde, 01Net, etc.). Flipboard sélectionne pour vous les informations et vous permet également de publier (attention tout de même, ce n’est pas un outil de veille pur et dur).

Règle n°7 – Créez-vous une liste blanche

Une fois les premières règles mis en pratique, vous devriez déjà avoir un téléphone un peu plus véloce ainsi qu’une autonomie un peu plus raisonnable. Votre téléphone ne passe plus pour un arbre de noël, votre temps vous appartiens un petit peu plus.

Maintenant, il est l’heure de rendre à votre smartphone sa fonction initiale : le téléphone. Et malheureusement de ce côté-là ce n’est pas non plus la panacée.

Pour commencer, installez une application du type de Call Blocker (nativement Android a déjà de quoi faire, mais l’interface et les fonctions laissent à désirer). Cette dernière peut par exemple n’autoriser que les appels entrants des numéros que vous avez dans votre carnet d’adresse. Les autres seront immédiatement renvoyés vers votre boite vocale. Cela inclus les fameux numéros masqués, mes préférés 🙂

Vous pouvez également placer certains de vos contacts (ceux qui abusent) sur une liste noire ou -comme c’est mon cas- gérer une liste blanche. Pensez-vous réellement vouloir recevoir des appels de la totalité de votre liste de contact ? Chez moi, sorti d’une trentaine de personnes, le reste devra passer par mon répondeur.

D’ailleurs pour qu’ils puissent vous laisser un message, faites qu’il soit clair et précis. Indiquez que vous allez les rappeler si nécessaire, demander leur de laisser l’objet de leur appel, leurs coordonnées, etc.

Règle n°8 – Ne paniquez pas ! Profitez !

La seule idée de ne pas avoir votre portable en poche vous dérange ? Vous avez en plus l’impression de devoir rester constamment connecté, sous peine de manquer le délire du siècle ? Vous êtes sans doute frappé de nomophobie (no mobile phobia) et/ou du syndrome FOMO.

Le smartphone devient une sorte d’objet transitionnel, qui nous donne le sentiment de ne plus être complet quand on en est privé, et qui génère une perte dans le lien à soi-même et aux autres

Ne succombez pas à l’angoisse. Consultez votre messagerie téléphonique et vos réseaux sociaux qu’1 seule fois par jour. 1 seule fois par jour, grand maximum ! Ça ne sert à rien d’en faire plus. Vous allez quoi qu’il arrive louper quelque chose, même en ayant constamment les yeux rivés sur votre téléphone. De plus, grouper ce type d’actions permet mécaniquement de gagner du temps.

Ne succombez pas à l’urgence, laissez les gens se déshabituer de votre promptitude à répondre dans la seconde.

Ne laissez pas votre téléphone vous contrôler

Comprenez bien qu’à trop se poser la question du choix, vous vous coupez au fur et à mesure la possibilité d’en faire. A trop croire que vous vous devez d’être connecté, vous vous couperez définitivement de votre réelle existence.

Cet article pourrait traiter de nos rapports à l’Internet en général, mais cela fera sans doute l’occasion d’un autre sujet. En attendant, brisez les chaines qui vous enferment. En suivant ou en adaptant les règles ci-dessus vous devriez pouvoir lâcher un peu prise.

Et bien évidemment, gardez le cap. Ne fléchissez pas.

Hello, Android

Rapide Feedback sur le développement sous Android, la nouvelle plate-forme de développement mobile de Google (pour ceux qui restent terrés dans une grotte).

Je ne vais pas vous abrutir de code ou autre, mais juste vous faire partager ma découverte du Framework de développement et principalement l’installation de ce dernier, avant de vous lancer dans les premiers tutoriaux.

Je tiens également à rappeler qu’à la base je ne suis pas un spécialiste du développement Java. Bien évidemment, avec des yeux, un cerveau et quelques notions de développement tout le monde peut à priori s’auto-former pour venir à bout des premiers ateliers de développement sous Android.

J’utilise l’IDE Eclipse (Ganymede), non-inconnue des spécialistes Lotus Notes. Tiens d’ailleurs, en parlant d’IBM, on trouve également des références à Android sur le developerWorks : Introduction to Android. Encore une vertu de l’Open Source ?

Pour ma part je me suis documenté à partir de la source qui paraissait la plus fiable, à savoir le réseau Android Developer de Google.

android

Première étape, l’ installation du SDK (le 1.6 pour ma part) dont voici les grandes lignes (oui, oui, je suis sous Windows):

  • Télécharger et extraire le SDK dans le dossier de votre choix (au hasard, le répertoire d’Eclipse).
  • Insérer le chemin du répertoire tools du SDK dans la variable d’environnement PATH.
  • Installer les Android Development Tools (ADT)
  • Configurer Eclipse pour qu’il pointe correctement sur votre SDK Android

A partir de ce moment là, votre environnement de développement est fin prêt … histoire de développer notre bon vieux Hello, World (sic !).

emulateur-android

D’ailleurs, ce qui m’a de suite amusé, c’est l’utilisation de l’émulateur de terminal (surtout si comme moi, vous avez un smartphone sous Android). Pour pouvoir lancer cet émulateur, vous allez devoir créer un Android Virtual Device (AVD). Pour se faire il va nous falloir utiliser un utilitaire du SDK :

android create avd –target 4 –name MonAVD

Note : L’option –target représente l’environnement de développement sur lequel l’émulateur s’exécutera (en l’occurrence 4 pour la version 1.6 du SDK).

Pour finir, côté développement, puisqu’il faut bien en parler un peu, la création d’une application se décompose en deux parties, à savoir le code et la mise en page (layout).
Les différents tutoriaux de base fournis par Google, nous permettent donc d’explorer les différentes possibilités du Framework :

  • Disposition graphique
  • Eléments standards (boutons, choix, liste, etc.)
  • Utilisation de Google Maps
  • Localisation d’une application

Bref, voilà de quoi vous forger un avis sur le développement sous Android. Le reste étant plus lié à Java, et donc à vos talents de développeur pur.