BYOD, entre phobie et pragmatisme

L’avènement du Bring Your Own Device pose la question, toute logique, de la sécurité des données. En cela c’est une bonne chose, mais vous remarquerez que ce qui cristallise l’attention n’est pas la donnée, mais l’appareil, l’outil numérique.

Chose assez aisée, j’observe dans la plupart des entreprises des montages sécuritaires assez impressionnants. Ils sont principalement de deux types :

  • Blocage logique total ou partiel de l’accès Internet
  • Blocage physique des ports USB et interdiction des appareils tiers (frustrant lorsque l’on est consultant …)

Mesures justifiables lorsque le domaine et/ou le métier du personnel le justifient, une chose est certaine le cas Snowden n’a pas empêché de voir des montagnes de données classées « secret défense » déferler sur la toile. Comme quoi, une carapace globale est difficilement tenable.

Néanmoins, la plupart du temps le BYOD est tout au mieux toléré, mais génère surtout une certaine crispation. On touche là à la passion qui caractèrise le phénomène, et on ressent une gêne qui de fil en aiguille ne permet que très rarement de se poser LA vraie question :

Quelles données dois-je absolument sécuriser ?

Le fond du problème est de mon point de vue, plus philosophique que technique. Et à cela j’y ajoute quelques remarques / anecdotes, histoire d’épicer un peu le débat 🙂

Interdire les appareils connectés ? vraiment ?!

Que feriez-vous si je m’amène avec une tablette ? pour en avoir fait l’expérience, n’hésitez pas à comprendre qu’interdire une tablette équivaut à interdire l’intégralité des smartphones de vos employés.

Vous vous sentez prêt à affronter une gronde générale ? le smartphone touche à l’affect. Une telle mesure est, sauf domaines qui le nécessitent, totalement intenable. Dilemme, dilemme ! bienvenue dans un monde totalement connecté.

Interdire le Web. Et l’email dans tout ça ?

Vous agitez la fuite d’informations comme une raison suffisante pour interdire / filtrer Internet et les appareils personnels ? J’ai même observé dans un grand laboratoire pharmaceutique une coupure totale avec le monde extérieur, ne permettant l’accès au Web que via des postes eux-mêmes sécurisés et dédiés (et pas accessibles en libre-service).

Mais vous êtes-vous posé réellement la question de ce que vos employés s’envoient via mail ? Des documents sensibles sortent tous les jours de votre entreprise sans que vous le sachiez. Vous avez des logs ? super ! les analysez-vous ne serait-ce qu’une fois l’an ?

Les VIP organisent volontairement les fuites : amen !

Brancher un disque dur externe ou une clé USB ne permettra que d’accélérer le processus de fuite d’informations. Leur blocage peut donc paraître logique, mais ne résout pas le problème de fond.

Anecdote intéressante, celle d’un dirigeant décédé d’une grande entreprise qui copiait toutes les données sensibles (et secrètes) de son entreprise sous des disques durs personnels cryptés. La chose était connue et toléré (c’est le chef hein !), imaginez-vous la tête de ses successeurs lorsqu’on leur annonce que non, on ne peut absolument rien récupérer ni sur ses ordinateurs, ni sur son téléphone.

Même sujet sur le SaaS et l’usage qu’en font certains responsables. J’ai observé un étrange manège dans une entreprise très soucieuse de ne pas utiliser le Cloud pour ses employés, pour des raisons que vous pouvez facilement vous imaginer. A côté de ça, tous les comités de direction s’organisaient et se géraient sur une solution Cloud grand public …. deux poids, deux mesures !

Réfléchissez donc, messieurs les dirigeants que si vous mettez en place des mesures sécuritaires techniques et légales, d’être les premiers à les respecter. Comme je le disais dans un billet précédent, le VIP est une menace qui participe activement à l’écroulement du SI.

Et le papier dans tout ça ?

Vous souhaitez interdire les appareils personnels dans le cadre du travail ? Peur de voir un employé partir avec une somme d’informations qui vous échappe ? OK.

Mais quelle est votre politique à propos du papier ? Avez-vous l’idée de ce que vos employés photocopient ? Avez-vous une politique concernant les calepins et carnets de note papier que vos employés utilisent ? J’ai vu un prestataire extrêmement méticuleux (il notait absolument tout, informations sensibles et mots de passe système inclus), qui en froid avec son client est volontairement parti avec ses données sous le bras et ne voir personne s’en offusquer.

La NSA a-t-elle tué le Cloud ?

La semaine dernière, nous prenions tous connaissance de PRISM, cet incroyable système d’espionnage impliquant les géants du Web US. Ce que révèle le document fuité par Eric Snowden, désormais réfugié à Hong Kong, est de nature à relancer le débat sur le Cloud, sa nature et ses infinies promesses.

Eric Snowden

Premièrement il s’agit de cette réalité impliquant nos données, stockées qu’elles sont par des acteurs comme Facebook, Google et consorts. Ceci n’est pas nouveau, le deal est connu, je ne m’étendrai pas sur ce que le Patriot Act permet ou ne permet pas. Je ne m’étendrai pas non plus sur le débat politique sous-jacent (et qui, je l’espère, risque de faire bien des vagues), mettant entre autre en lumière notre seule (in)capacité à « subir » le monde numérique américain.

Non, ce qui m’intéresse ici est le Cloud. Pour ce qu’il est, et ce qu’il représente. Comprenons que le Cloud public, comme on le représente souvent, à savoir celui de l’Utility Computing, vient de réellement prendre du plomb dans l’aile et alimenter des peurs déjà trop vivaces. Le mal est fait, ce que Snowden avance soit vrai ou (partiellement) faux, n’y change vraiment rien.

Indirectement, la NSA vient peut-être de tuer une partie du lien qui nous séparait des possibilités du Cloud. Au moins pour un temps, car penser une seule seconde qu’un projet européen puisse régler la question soulevée par PRISM est également faux. Nous ne serions même pas loin de croire que les américains ne puissent pas nous donner des envies de total contrôle du numérique. Ici se joue l’avenir, et la confiance que nous pourrions avoir envers le Cloud.

prism-slide-4_1

Ne demeure qu’un concept, une idée, des fondations. Ne reste-t-il donc qu’ à attendre une solution qui règle LA question ? Pourrons-nous rapidement profiter du Cloud et nous affranchir des problèmes que soulève PRISM ? Peut-on même confier nos données à qui que ce soit ? Ne devons-nous pas nous tourner vers le monde du libre, qui au passage permet directement au Cloud d’exister,  pour y trouver une quelconque rédemption ? Complexe équation, à laquelle je n’ai malheureusement pas encore de réponse …

Le désespoir de VMWare

I look at VMware and the brand reputation we have in the enterprise, and I find it really hard to believe that we cannot collectively beat a company that sells books.
  • Carl Eschenbach, COO VMWare

Cette remarque, issue d’un évènement partenaire, en dit long sur l’état d’esprit actuel de VMWare. Pour répondre à son COO, non, ils ne pourront pas battre Amazon en demeurant tels qu’ils sont. Car si VMWare a certainement une réelle influence sur le monde des infrastructures d’entreprise, le spectre du « libraire » met indirectement en péril leur pérennité.

Tout ceci n’est qu’une histoire d’économie d’échelle, d’abondance, de prix. Que peuvent encore justifier les tarifications abusives des systèmes VMWare, au regard d’un Amazon qui vient encore d’annoncer une baisse de ses tarifs de son offre EC2 ?

Rien.

Et c’est ce que cette déclaration nous informe : une relative détresse, rapport à un concurrent qu’il ne peuvent combattre.  Ne reste plus qu’à VMWare qu’à se réinventer ou mourir, lentement.

DSI as a Service

Qu’il est difficile de convaincre que votre solution est LE meilleur compromis du marché. Il est bien évidemment encore plus compliqué de ne pas enjoliver la réalité quand cette dernière joue contre vous. Une solution fonctionnellement moyenne, trop chère, et autres arguments contre lesquels il est complexe de s’affranchir sans tromper votre interlocuteur (chose que je suis incapable de faire … je laisserai volontiers cette initiative à mes amis commerciaux).

Dans le cas d’un éditeur de logiciels, la roadmap fait office d’épée à double tranchant et ne peut se transformer en argument marketing. Que faire si vous ne respectez pas les délais ? J’ai eu l’amère expérience de vivre cela avec IBM Docs, la suite bureautique en ligne de Big Blue. Initialement prévue pour être intégrée à leur offre collaborative SaaS début 2012, celle-ci vient à peine de pointer le bout de son nez. Plus ennuyeux, au lieu d’être gratuit, le service se retrouve facturé 30 € par utilisateur et par an. Une pilule difficile à avaler pour ces clients qui comptaient sur les promesses de l’éditeur. Encore plus frustrant est le constat lorsque l’on lorgne sur ce qui se fait à la concurrence.

Consumérisme

Comment s’assurer, pour un client SaaS, qu’un éditeur ne fera pas volte-face sur n’importe quel aspect de son logiciel ou qu’une technologie sur laquelle on investit puisse être toujours d’actualité à courte échéance ? Pour l’exemple, pensez  à Silverlight de Microsoft. Le SaaS promet certainement des avantages en terme d’innovation, mais que faire si l’on ne peut que subir cette évolution permanente. Et le cas d’IBM est intéressant, étant donné que leur solution évolue dans les grandes lignes.

Cette question renvoie directement au digital et aux transformations induites qu’il provoque. La consumérisation de l’informatique est aujourd’hui aux portes de l’entreprise. On parle souvent de services qui s’affranchissent de consulter sa DSI, allant consommer une solution tierce. Mais on ne parle que très rarement de la nature de ces dernières. La démarche se voulant vertueuse si l’on s’engage avec un éditeur qui se révélera sérieux et pérenne, mais l’inverse peut également subvenir et mettre en péril une certaine partie de l’activité de l’entreprise.

La clé de toute cette affaire est de bien comprendre que la DSI est dorénavant en compétition directe avec les éditeurs SaaS. Tout simplement.

dachis-disruptive-technology-shift

IT On Demand

Nous sommes à un carrefour où les médias sociaux, le Bring Your Own Device, le Do It Yourself, l’accroissement du volume de données (Big Data) et le Cloud se confrontent. Et c’est à cet endroit que la DSI doit muter en fournisseur de services et constamment s’adapter. L’informatique doit devenir une facilité et permettre d’être consommé à la demande. Il est nécessaire d’adopter ce paradigme toujours mouvant.

Mais je vous rassure, il était effectivement très agréable de planifier ses achats de licences sur plusieurs années, s’affranchir d’une informatique changeante et avoir un contrôle total sur son système d’information. Ce temps est simplement révolu. Il est désormais nécessaire de tout faire pour proposer le meilleur compromis et s’adapter en toutes circonstances. Proposer des services adaptés, voire désirés, au meilleur prix.

Ceux qui accepteront cette nouvelle donne profiteront de nombreuses opportunités de croissance et d’engagement. Les autres s’enfermeront dans un modèle qui est d’ores et déjà caduc, au risque d’impacter leur organisation dans sa globalité.

Messagerie d’entreprise, et pourquoi pas Google ?

J’avais déployé il y a de cela 1 an des montagnes d’arguments comparatifs entre les solutions de messagerie dominantes du marché (celles de Google, IBM et Microsoft) s’appuyant sur les attentes des utilisateurs, à savoir sécurité, fonctionnalités, confidentialité, vision, etc. Bref toutes les peurs communes rapport aux solutions Cloud, mais c’est bien la performance qui était à l’honneur. Et à l’époque de cette étude, les solutions de Google étaient déjà au-dessus du lot sur tous les points.

Depuis tout ce temps, il n’y a plus à contester l’existence du géant de Mountain View dans le domaine de la messagerie. Il est même devenu un acteur incontournable. De nombreuses entreprises, et pas les plus petites, migrent vers Google et la tendance devrait s’accentuer en 2013. Reste bien évidemment une réserve non négligeable d’entreprises qui conservent leur messagerie en interne -pour des raisons que ne pourrions tout à fait débattre- principalement sur des solutions Microsoft, IBM ou bien encore Zimbra.

Sur son propre terrain, un seul concurrent réellement compétitif fait face à Google et son GMail : Microsoft. Ce dernier s’essaye à rattraper le temps perdu et peut compter sur son image de marque, son influence dans la sphère entreprise et son parc établi. Car si l’ère post-Microsoft est d’actualité, le Cloud est un rouleau compresseur qui va dans le sens d’une évolution toute naturelle. Le prix et la performance auront raison de la plupart des infrastructures privées, et les logiciels passeront également sous le spectre de la comparaison.

Mais pour être tout à fait clair, la bataille se joue du côté des utilisateurs et du grand public. Et sur ce terrain Google gagne du terrain, aidé par une pléiade de produits tels Android ou bien encore Chrome.

One account to rule them all

Revenons à nos moutons. Pourquoi préférer une solution plutôt qu’une autre ? Google, Microsoft, IBM, … ?

Même s’ils ont un intérêt évidemment réel, il y a un et un seul aspect qui devrait aujourd’hui nous intéresser : l’interopérabilité. Comme je l’expliquais à propos du Réseau Social d’Entreprise, une application qui ne peut communiquer, ne peut donc s’intégrer avec d’autres applications et agit littéralement en aveugle. Et côté interopérabilité , Google est le roi incontesté. Une startup se créée ? vous pouvez parier qu’elle se posera la question de son intégration native avec Google.

Pourquoi ? Pensez grand public. Une grande partie des utilisateurs utilisent déjà Google pour la recherche, ont un smartphone Android, un compte  YouTube. Le seul service qui pourrait aujourd’hui tenir la comparaison est Facebook. Mais le réseau social n’est pas un acteur de la sphère professionnelle collaborative, ce qui limite drastiquement son impact sur l’écosystème des applications d’entreprise.

Google peut donc être considéré comme le choix du roi (nous pourrions parler du bien fondé et de son emprise sur le Web mais ce n’est pas le sujet de l’article). Il vous ouvre un champ des possibles qu’aucun autre acteur ne peut vous fournir, une autre option pourrait même paraître étonnante. Pourquoi donc se priver de choisir la solution offrant le plus de possibilités via son ouverture et sa place de choix dans la sphère Internet ? Le Web, le Cloud sont au centre de nos vies digitales, vous ne pouvez plus vous contenter de croire que votre PC est votre unique porte d’entrée sur le monde, de même que pour votre système d’information interne.

Cela fait de Google une quasi-évidence. Vous doutez de tout cela ? Regardez autour de vous …

asana

azendoo

do-salesforce

doodle

podio

producteev

sliderocket

todolist

trello

viadeo

Office 2013, mais où va donc Microsoft ?

La nouvelle mouture de la suite bureautique de Microsoft vient de sortir. Parmi les habituels packs (de 139 € à 539 € pièce !) se glisse une nouvelle offre « famille » qui se base sur un modèle d’utilisation hybride, PC/Mac et Cloud/Mobile, le tout en abonnement mensuel ou annuel.

Que se cache derrière cette offre ?

  • La suite Microsoft Office Professionnelle 2013, installable sur 5 postes (à partir de Mac OS X 10.5.8 ou PC Windows 7) voir utilisable en mode virtualisé si vous n’avez pas le logiciel sur votre machine (limité à Windows 7 et 8)
  • L’accès au même Office dans le Cloud et sur mobilité … enfin pour le moment seulement sur Windows Phone (le tout, hors Publisher, Acces et OneNote)
  • Un espace de stockage SkyDrive de 20 Go
  • Et 60 minutes d’appels Skype par mois
  • Le tout à 99€ par an

office365-famille

Plus que son contenu, cette offre surprend par son mode de paiement via abonnement (une première !). Mais son orientation familiale nous permet de nous poser la question suivante : faut-il acheter ce package et acquérir cet Office 2013 ?

Qu’a bien pu faire l’équipe Office en presque 3 années ? Si l’on remonte dans le temps, la version 2007 avait apporté le ruban, OpenXML et l’intégration OpenDocument / PDF. La version 2010 marquait les premiers pas de la version Web d’Office. Donc qu’en est-il de cette version 2013 ?

Bien naturellement, le logiciel de bureautique de Microsoft a évolué. Nouveau design, ergonomie adaptée au tactile, évolution d’Office Web Apps, intégration au Cloud de Microsoft (SkyDrive), possibilité d’éditer des PDF. Peut-on considérer cela comme suffisamment adapté à nos attentes ?

Et bien, c’est l’offre dont je parlais ci-dessus qui nous en apporte la réponse : Mobile et Cloud. Et sur ces deux points, Office 2013 peut décevoir.

Adopter le futur  …

Posons-nous LA question du moment. Où est donc la version iPad d’Office ? Où est donc le « vrai » Office mobile ?

Certains pensent sa sortie imminente. Si cela se trouve, elle existe même déjà, bien au chaud … mais elle ne sortira peut-être jamais. Pourquoi ? Un souci d’achat in app ? Non, comme le souligne Ars Technica, ce serait tout simplement la meilleure opportunité et la pire erreur à commettre.

Making the unique … less unique

La meilleure opportunité de mettre tout le monde d’accord en tirant parti du savoir de Microsoft en matière de bureautique, et la pire erreur en ouvrant la boite de pandore d’un Office ne tournant pas sur un PC (la version Mac existe bien, mais nous sommes loin des taux d’adoptions d’Android ou iOS). Chaque Office sur iPad vendu serait un manque à gagner pour Microsoft (moins les 30% de marge d’Apple) et autant d’utilisateurs qui se détourneraient de Windows.

Pour le second point, le nouvel Office Web Apps souffre d’une ergonomie qui l’empêche de faire bonne figure sur tablettes. En trois ans, Office Web Apps n’apporte rien de radical, rattrape au mieux son retard sur la concurrence et n’est qu’une application vivant dans l’ombre de son grand frère, solidement installé sur votre poste de travail.

Office365-Office2013

Un poste de travail qui aujourd’hui devrait, nous dit-on, rimer avec un Windows 8 s’essayant à marier PC et Mobile. Mais à force de s’essayer à faire une pierre deux coups, l’hybride ne serait-il pas devenu l’ADN de Microsoft ? Cela me fait penser à Kodak, qui avait depuis le milieu des années 70/80 tout ce qu’il fallait pour régner sur la photo numérique et qui, le cul entre deux chaises, s’était efforcé de faire le grand écart entre un futur qu’ils maîtrisaient sans doute mieux que tout le monde et un passé auquel ils s’accrochaient farouchement.

Kodak Advantix

… ou mourir

Mais n’en somme pas là. Microsoft étant loin d’être moribond.

Malgré tout, pendant ce temps, la concurrence avance ses pions. Et cela me renvoie à la place de Windows dans notre quotidien, car au fil des années, Microsoft s’est efforcé de faire de son système d’exploitation le centre de nos vies numériques.

Et Office n’en est que le bras armé. Que penser d’un Windows dans un environnement qui évolue en dehors de sa sphère d’influence ? Aujourd’hui, seul le Cloud prévaut, peu importe le moyen d’accès. Il n’y a donc pas de fatalisme à penser que nous nous réveillerons sans doute un jour dans un monde où Windows ne sera qu’une option parmi tant d’autres.

Et les entreprises dans tout cela (la chasse gardée de l’éditeur) ? Prenez une tablette qui n’a aujourd’hui pas le loisir d’avoir un Microsoft Office. Vers quoi les utilisateurs vont-ils naturellement migrer ? Une tablette Microsoft ou une solution tierce, bien évidemment. Et c’est ici que la chaîne représentée par le couple Windows/Office commence à s’effriter dangereusement. D’où cette offre étonnante dont je parlais en introduction et qui s’essaye à contrer une concurrence de plus en plus offensive.

Faut-il y voir un signe avant-coureur ? Seul l’avenir nous le dira.

Protectionnisme contre innovation

Microsoft est aujourd’hui un géant. Son business lui rapporte plus de 70 milliards de dollars (dont un tiers pour la seule division Office), et comme disait Louis Gerstner à propos d’IBM, il est finalement difficile de faire danser un éléphant. Microsoft a sans doute déjà les armes pour gagner la bataille, mais a également pour mission de défendre son territoire et son trésor de guerre, quitte à devoir surréagir en urgence. Et c’est ici que les acquisitions que sont Yammer et Skype peuvent devenir salutaires, en s’imprégnant d’une culture différente et en allant là où les utilisateurs sont et vont.

“Is every Office document a website? It’s possible”

Les hommes de Balmer vont donc certainement patienter et sonder le marché grâce à leur triptyque Surface / Windows 8 / Office 2013. Ce triumvirat doit s’imposer pour imaginer remonter une pente qui commence à devenir dangereusement glissante. La survie de la firme, où tout du moins son « aura », en dépend (même si le spectre d’un Microsoft omniprésent a toujours la peau dure).

Entre-temps, certains acteurs continuent à s’affranchir d’une logique physique. D’autres créés ce qui pourraient être les futurs vainqueurs d’un jeu qui risque d’être passionnant. Autant d’éléments qui remettent en cause la place du PC comme nous le connaissons, pointant du doigt la question que pose le facteur de forme … et donc s’en détacher petit à petit. Car à bien y réfléchir, Windows est une surcouche plus ou moins utile qui s’intercale entre l’utilisateur et son navigateur Internet.

Demain, nous devrions donc nous affranchir de toujours penser Windows / Office. Ce duo n’est aujourd’hui à notre disposition que pour consommer nos données et est finalement condamné à redevenir ce qu’il est : un outil.

L’ère post-Microsoft

Fraichement arrivé chez Microsoft en 2005, Ray Ozzie (Monsieur Lotus Notes), avait alors adressé une note interne intitulée The Internet Services Disruption. Dans ce mémo, Ozzie décrivait la situation idoine dans laquelle Microsoft se trouvait à l’époque. Un rythme de livraison jamais encore atteint incluant de nouvelles versions de logiciels maison ou encore l’arrivé de la Xbox 360. Les indicateurs étaient tous au vert.

Mais Ozzie flairait que le monde et l’industrie allait prendre un virage capital.

But we bring these innovations to market at a time of great turbulence and potential change in the industry. This isn’t the first time of such great change: we’ve needed to reflect upon our core strategy and direction just about every five years. Such changes are inevitable because of the progressive and dramatic evolution of computing and communications technology, because of resultant changes in how our customers use and apply that technology, and because of the continuous emergence of competitors with new approaches and perspectives.

L’évangéliste énonce les évolutions des prochaines années, division par division, d’une manière extrêmement lucide et qui avec le recul, est d’une impressionnante précision :

  • Cloud / SaaS : La validité du modèle basé sur des services, l’impérative nécessité de fournir des services Web à bas coût (il cite Salesforce …) et redéfinir Office, en l’étendant sur et pour le Web
  • Mobile : L’ubiquité des réseaux, le boom du sans-fil et l’émergence de nouveaux périphériques nécessitant une vision sans doute transverse (l’iPhone n’arrivant que 2 ans plus tard)

What new devices might emerge if we envision hardware/software/service fusion? What new kinds of devices might be enabled by the presence of a service ?

  • Développement : La nécessité d’assurer un rythme de livraison plus rapide, utilisant des méthodes de développement adaptées et légères
  • Social : Le besoin de travailler entre division, voir à l’externe avec les partenaires de la firme

The Platform team understands developers and has deep experience in communications and storage architectures. These teams must work together, benefiting from each others’ strengths, to develop a next generation internet services platform – a platform for both internal and external innovation

  • Pro/Perso : Faire interagir les produits perso et pro, uniformiser l’expérience utilisateur
  • Market : Créer un marketplace commun à la Xbox et au PC (vous avez dit AppStore ?)

Il décrivait un monde changeant, la nécessité d’évoluer et pointait l’unique opportunité que cela pouvait représenter pour Microsoft. 5 ans plus tard, Ozzie est sur le départ et nous livre, sous forme d’épitaphe, un nouveau mémo, Dawn of a New Day.

Que s’est-il passé entre temps ? Le mantra « All In » de Microsoft est devenu une réalité, mais il annonce sans détour l’ère du post-PC et supplie Microsoft d’y foncer tête baissée

Le dur réveil

A l’aube d’une nouvelle année 2013 qui promet, Microsoft est en train de boucler l’un de ces cycles décrit par Ray Ozzie. Entre 2005 et 2013 Microsoft a réalisé son coming out sur le Cloud mais aura peut-être payé chèrement son entêtement à ne pas embraser l’inconnu.

L’hégémonie du PC est terminée

Apple Ere Post-PC

Le constat est simple. En intégrant le marché par une porte différente, Apple, Google et quelques autres acteurs ont conjointement créés un paradigme fragilisant Microsoft.

  • Il se vend plus d’iPad que de PC, les entreprises commençant même à reconsidérer l’évident choix du poste de travail sauce Microsoft
  • Windows 8 propose un OS hybride qui ne convainc personne, alors même que Windows Blue vient d’être annoncé (copiant par la même, un rythme de release qui n’est pas s’en rappeler celui d’Apple)
  • Les Windows Phone et la tablette Surface ne se vendent pas, faute à une qualité défaillante et des prix non-concurentiels
  • Les (fidèles) développeurs commencent à déserter Microsoft pour les plateformes mobiles (iOS / Android)
  • Étant donné l’émergence de nouveaux terminaux (tablettes / smartphones) et usages (Google Apps), la remise en cause de « l’évidence Office » commence à faire son chemin
  • L’érosion de produits entreprise saupoudré de hausses de prix allant jusqu’à 38% pour SharePoint 2013 !

Où va donc Microsoft ? Le constat ci-dessus devrait s’intensifier, creusant un fossé entre deux mondes bien réels. Steve Balmer en fera peut-être les frais. Comme un aveux de faiblesse, les rachats de Skype et Yammer sonnent peut-être comme l’annonce de la fin d’un âge d’or annoncé dès 2005.

Le problème de Microsoft, c’est qu’ils n’ont pas de goût, absolument aucun. Je parle au sens le plus général du terme. Ces gens-là sont incapables d’avoir des idées, ils ne cherchent pas à apporter du savoir ou du bonheur à l’humanité avec leurs produits… Alors, oui, la réussite de Microsoft m’attriste. Leur succès ne me pose pas de problème en soi. Ils l’ont plus ou moins mérité, à force d’opiniâtreté. Ce qui me désespère, c’est qu’ils font des produits de troisième zone

SharePoint 2013 antisocial

SharePoint 2010 profitait de l’effet d’aubaine généré par MOSS 2007, confirmant définitivement le succès de Microsoft en la matière. La concurrence étant assez faible, l’éditeur peaufinait son avantage stratégique logiquement centré sur le document, lui-même généré par les produits de la firme de Redmond. Limpide !

En Beta depuis quelques mois, la version 2013 de SharePoint était à l’honneur de la SharePoint Conference 2012 de Las Vegas. Plus qu’un rituel, cette grand-messe était l’occasion de définitivement lancer la nouvelle mouture du logiciel de Microsoft.

Un cycle de vie trop convivial

En 2010, le « Social » n’était que l’embryon d’une vague désormais stratégique.  BlackBerry était encore au centre de la plupart des stratégies d’entreprise. Le Cloud ne faisait pas encore école (sauf pour ce pauvre Ray Ozzie).

3 ans plus tard, c’est désormais un océan qui sépare l’éditeur d’une réalité qui lui échappe. D’où la nécessité d’aller plus vite, plus loin. Et Microsoft l’a bien compris, en suivant un plan que je décompose en 3 étapes :

  • Rationalisation – ou comment faire la même chose en plus efficace et conforme aux standards actuels
  • Évolution – ou comment intégrer les attentes des parties prenantes de son écosystème (utilisateurs, administrateurs, développeurs, etc.)
  • Expansion – ou comment pallier aux faiblesses natives de ses produits

Un produit génétiquement 1.0

SharePoint a toujours été le parfait produit d’un modèle d’entreprise organisée en silo. Sécurité, imbrication, partage de documents, la part des échanges et de l’humain n’étant réduit qu’à quelques bribes de fonctionnalités. En cela, SharePoint 2010 apportait une vision sociale très limitée, au mieux une surcouche applicative mal pensée et moyennement fonctionnelle.

Etant adapté aux organisations et non aux hommes, il s’accommodait mal d’un monde qui lui demandait d’être ce qu’il n’est pas. Car qu’est-ce que SharePoint si ce n’est :

  • Un Framework de développement = Il suffit de voir la demande de développeurs SharePoint. On ne le perçoit pas comme un produit fini apportant une vision fonctionnelle brute. On le modèle à volonté, c’est là toute sa force
  • Des espaces/sites collaboratifs = SharePoint s’organise en poupées gigognes. On parle de sites, de sous-sites, d’héritages de fonctionnalités, d’héritage de droits. SharePoint est un produit féodal dans sa manière de fonctionner, où tout est cloisonné et contrôlable

Microsoft, malgré sa position de leader sur le marché, savait que son enfant était mal né et souffrait de maux inguérissables …

2M$ = Yammer

Et c’est là qu’entre en jeu Yammer dans la stratégie de Microsoft. Incapable d’innover, les évolutions se font maintenant à grands coups de dollars. Hier Skype, aujourd’hui Yammer, qui sera le prochain ?

Quoiqu’il en soit, le rachat et donc la fusion de 2 produits phare du domaine fait désormais office d’épouvantail. La suite de tout cela ? Dixit Jared Spataro, directeur senior de la division Office :

The first step for us in this journey is SharePoint + Yammer integration

We see the people-centric paradigm of Yammer and the more document-centric model of SharePoint as incredibly complementary – and a powerful combination

L’explication est claire, Microsoft voyant en Yammer la parfaite mariée. Reste donc à réussir l’union.

Première étape, l’intégration SharePoint + Yammer. Côté marketing d’abord, avec une baisse de prix et l’intégration commerciale au Cloud collaboratif de Microsoft. Puis fonctionnellement, avec l’intégration de Web Part et l’Open Graph de Yammer (équivalent à celui de Facebook pour ceux qui se posent la question), les nouvelles fonctions communautaires de SharePoint 2013 pouvant paraitre comme les premières étapes d’intégration de Yammer dans SharePoint Server.

Quel futur donner aux deux produits ? On s’attend logiquement à du SSO, l’articulation et la cohabitation se faisant au fur et à mesure. Car Microsoft ne peut se permettre de tuer la poule aux œufs d’or qui lui rapporte  2 milliards de $ par an. Imaginez donc le potentiel, Microsoft affirme que SharePoint est utilisé par une entreprise française sur deux (la statistique est bien évidemment à pondérer, le terme « utilisé » pouvant prêter à sourire …).

Nous avons donc d’un côté un marché et des utilisateurs qui pousseraient naturellement vers Yammer et des organisations, des responsables qui continuent à ne jurer que par SharePoint. Le statuquo devrait donc encore primer quelque temps, laissant le choix du roi à Microsoft qui pour le moment va se servir de l’expérience acquise par Yammer et ses technologies pour les intégrer à ses produits historiques.

Quoi de neuf docteur ?

Mais finalement, de quel bois est-il fait ce SharePoint 2013 ?

Comme à l’accoutumé, SharePoint reste disponible en 2 versions, toutes partageant le même cœur de produit :

  • SharePoint Foundation 2013 : version gratuite, tout du moins si vous avez un Windows Server de disponible
  • SharePoint Server 2013 : version payante, que l’on risque de retrouver disponible sous forme de CAL (à l’identique de la version 2010)

Et concernant les nouvelles capacités et fonctionnalités de SharePoint 2013 ?

  • Peu de nouveautés côté architecture. On reprend les mêmes bases et on recommence
    • Côté fonctions avancées on notera pas mal d’efforts coté BI, ECM, eDiscovery, Identity Management
    • Toujours un peu plus de WCM. Des URL plus lisibles, navigation par tag ou la possibilité d’intégrer de la vidéo plus facilement, plus de fonctions de SEO
    • La recherche évolue. FAST est totalement intégré dans SharePoint Server, remisant l’ancien moteur de recherche SharePoint au placard
    • Web Analytics devient une partie intégrante des fonctionnalités de recherche
  • Côté personnalisation on s’essaye à rendre le travail un peu plus simple pour les web designer (pour ceux qui connaissent, il y avait de quoi s’arracher les cheveux)
    • Mise à jour de l’interface utilisateur pour l’adoption de l’UI Metro que l’on dit plus facile à utiliser (je demande encore à voir)
    • Meilleur respect des standards Web
  • Une nouvelle version de l’interface pour plateformes mobiles tirant allégrement parti d’HTML5
    • Possibilité de faire du push de notifications
  • Un nouveau modèle de déploiement des fonctionnalités : les Apps
    • Accès à un store local ainsi qu’à l’Office Apps Store de Microsoft
    • Bien évidemment, pas mal de nouveautés intégrées au tout nouveau Visual Studio 2012
  • Une mise à jour des fonctions sociales
    • Un vrai mur d’activités (rapport à la version 2010 qui faisait pleurer)
    • Apparition des Communautés, un nouveau type de modèle de site centré sur les interactions de personnes (fournissant entre autre, un système de Gamification)
    • Skydrive Pro, qui remplacera du même coup SharePoint Workspace ainsi que le « My Site »
    • Évolution du micro blog, apparition d’une fonction de partage en 1 clic, etc.

Bref, rien de très révolutionnaire. On ne peut néanmoins que saluer les efforts consentis pour rendre le produit moins complexe et plus accessible.

SharePoint = Social ?

Quid du nerf de la guerre : le Social ? Nous avons vu plus haut que le rachat de Yammer pouvait facilement s’interpréter comme un aveu d’échec rapport à la nature même de SharePoint qui n’a tout simplement pas la carrure d’un vrai réseau social d’entreprise.

Je trouve que Microsoft fait preuve de lucidité. Nous avons d’un côté un produit 1.0 massivement implanté en entreprise et dont le taux d’adoption est, il faut le rappeler, en croissance. De l’autre côté, un marché qui évolue vite, très vite et des acteurs émergents qui se taillent la part du lion.

En rachetant Yammer, de même que Skype, Microsoft fait plusieurs opérations très profitables :

  • Suppression de concurrents potentiels et rentables, donc bien accueilli du côté des places de marché
  • Renforcement de son positionnement et de l’image de marque auprès de ses clients/prospects et autres cabinets d’experts, partenaires, etc.
  • Absorption de technologies innovantes au seing de ses produits historiques (ou comme vu plus haut, surement en complément)
  • Intégration d’hommes et de cultures radicalement opposées à l’esprit d’une grande corporation

En cela, le nouveau SharePoint n’est finalement pas une surprise. Comme décrit plus haut, on rationalise l’existant, on fait évoluer ce qui doit l’être et on étend le spectre fonctionnel du produit.

Bien évidemment on aurait pu souhaiter une vision beaucoup plus radicale, mais il est impossible de faire table rase du passé si facilement. En cela, les décisions prises sont donc logiques. La continuité également.

A suivre …

Définir le Cloud

Le Cloud fait désormais partie du paysage de l’IT. Fini donc, le temps de l’évangélisme ? Car si l’on en croit Gartner, le Cloud est entrée dans sa phase de désillusion.

Les analystes donnent donc 5 ans au Cloud pour s’assurer une vraie maturité sur le marché, s’affranchir des parasitages inhérents au buzz généré par le sujet. Le rendez-vous est donc pris …

Et la France dans tout ça ?

Entre temps, dans notre bonne vieille France, où en sommes-nous ? Le dernier rapport TNS-Sofres sur « les TPE-PME et le Cloud Computing » dresse le constat suivant :

  • 5 % des TPE-PME utilisent aujourd’hui le Cloud (15 % des PME de 50 à 99 salariés)
  • 65 % des entreprises qui connaissent le cloud et la quasi-totalité des entreprises qui l’utilisent pensent que cette pratique est amenée à se généraliser, alors que 29 % d’entre elles seulement considèrent que c’est une mode passagère
  • 74 % seraient prêtes à faire un choix français, plutôt qu’européen ou américain pour leur solution de cloud computing, pour un prix et un niveau de service égaux
  • 71 % de ces entreprises connaissent mal les obligations légales qui imposent de garder leurs données sensibles sur le sol français ou européen et 55 % des TPE ne connaissent pas le Patriot Act
  • Avec la multiplication des failles de sécurité des données dans le milieu informatique, les TPE-PME sont 76 % à considérer ce critère comme un frein à l’utilisation du cloud

Qu’est-ce que le Cloud ?

Si la question peut faire sourire, il n’est pas fréquent de voir un peu tout et n’importe quoi en la matière (rapport à la désillusion dont parle Gartner).

La source qui fait référence en la matière reste la définition donnée par le NIST (National Institute of Standards and Technology).

Pour vulgariser le sujet, j’avais concocté une présentation l’année dernière, qui est toujours d’actualité et se veut claire et rapide à parcourir.


En voici un rapide résumé :

  • Pourquoi utiliser le Cloud ? Principalement pour baisser ses coûts d’infrastructure IT, optimiser ces dernières et gérer l’afflux de données
  • Le Cloud est une révolution des infrastructures informatiques. Il est pérenne, déjà présent massivement mais est aujourd’hui utilisé à toutes les sauces (Cloud Washing)
  •  Le Cloud est une vraie industrie réservée à quelques rares acteurs. Les autres s’efforceront de continuer à faire du « bricolage »
  • Le Cloud est définit par 5 caractéristiques essentielles (un service ne répondant pas à l’un d’entre eux n’est pas un service Cloud) :
    • As-a-Service : distribué sous la forme d’un service à la demande (voir en self-service)
    • Élastique : les ressources d’un service Cloud sont élastiques et permettent une évolutivité de la demande quasi instantanée
    • Mutualisé : 1 seul service pour X clients. Les ressources sont partagées entre les clients
    • Mesuré : le service est facturé à l’utilisation (mode OPEX)
    • Accessible n’importe où, n’importe quand, depuis n’importe quel point d’accès. L’ubiquité d’Internet permet cela
  • Le Cloud a 3 modes de consommation
    • SaaS (Software-as-a-Service), consommer un logiciel
    • PaaS (Software-as-a-Service), consommer une plateforme d’exécution d’applications
    • IaaS (Software-as-a-Service), consommer des infrastructures (machines virtuelles, disques durs virtuels, etc.)
  • Le Cloud c’est également 3 modèles de déploiement
    • Cloud Public. Celui que l’on considère, souvent à juste titre, comme le seul et réel « Cloud » car répondant aux 5 caractéristiques citées plus haut
    • Cloud Privé. Vos infrastructures en main propre chez vous ou chez un prestataire tiers (infogérants, hébergeurs)
    • Cloud Communautaire. Cloud utilisé par plusieurs organisations ayant des besoins communs (Amadeus est un exemple bien connu de Cloud Communautaire)

Où en sommes-nous ?

Bien évidemment, il serait malhonnête de ne pas finir cet article sur les principales alertes qui aujourd’hui pondèrent les promesses du Cloud. A savoir :

  • Opacité des offres et des prix
  • Fiabilité et sécurité
  • Aspects juridiques

La multiplication des acteurs, la nature même des services proposés et des offres de plus en plus complexes à appréhender font qu’il est simple de s’y perdre. Notons par exemple que certains acteurs gardent la localisation de leurs données secrètes,  d’autres ne précisent pas faire appel à de la sous-traitance, etc.

Les alertes se multiplient donc et peuvent justifier la méfiance actuelle. Les opportunités font face aux questionnements liés au Patriot Act, au Safe Harbor, à l’absence de réels standards, à la peur de confier ses données à un tiers, à la pression exercée par les utilisateurs et ses effets pervers (cf. le BYOD chez IBM).

Bref, toutes ces questions doivent amener des réponses et le temps devrait nous permettre de rapidement y voir plus clair. Quoiqu’il en soit, la cacophonie actuelle peut à elle seule justifier la phase de désillusion annoncée.