Nous ne lisons pas nos mails

Un article des Echos nous apprend que 41,2 % des salariés ne lisent qu’une infime partie (moins de 20 %) des mails qu’ils reçoivent au quotidien. Finalement seuls 26,4 % lisent 100 % de leurs mails.

Cela est à remettre en parallèle avec la migration des usages vers les réseaux sociaux ainsi que l’explosion du volume des données (IDC prévoyait une croissance moyenne de plus de 45% par an en 2010).

Couplez à cela le fait que le temps de travail est souvent reparti entre réunions, déplacements, appels téléphoniques, discussions, etc. on peut se rendre compte que le temps nécessaire à la lecture de l’ensemble des informations (pas seulement les mails) que nous recevons et devons lire, analyse, comprendre, … dépasse de loin le temps que nous aurions à disposition pour le faire (quand cela ne dépasse pas totalement la durée légale du travail).

D’où la perte du fil, le stress et l’angoisse que peut  générer cette situation. Les parallèles avec les différents facteurs de démotivation ne manquent bien évidemment pas ! On pourrait également parler de ces entreprises comme  Volkswagen qui commencent à s’en inquiéter et coupent l’accès à leur système d’informations en dehors de certaines plages horaires / congés.