Que vous le vouliez ou non, le numérique est votre cœur de métier

Les budgets informatiques explosent, autant que notre dépendance à l’IT se fait de plus en plus forte et que le volume de données échangé suit la même tendance. Mais malheureusement la loi de Moore ne peut pas s’appliquer aussi facilement aux budgets.

Je dis « malheureusement » car je reste pragmatique. Les entreprises, crise oblige, doivent trouver des moyens de devenir plus compétitif. Et quoi de mieux pour gagner un peu d’air que de s’attaquer à réaliser des coupes budgétaires. Le coupable idéal n’en fut que plus simple à trouver : l’informatique.

ROI

En même temps que la fonction IT évoluait, une pression de plus en plus forte retombait sur les épaules des DSI. Les dirigeants voulaient s’attaquer à la bête, fini le temps de la dépense non raisonnée (croyaient-ils …), le DSI doit se muer en « cost-killer ».

On demandait maintenant des comptes, du retour sur investissement. Et là aussi, erreur de casting, le ROI le plus direct fut de faire des économies sur le propre budget IT. Simple règle de calcul : si j’achète une solution 10 et que demain j’obtiens à peu près (notez bien le « à peu près ») la même chose pour 5, j’aurais effectivement réalisé une économie de 50%. Notez qu’on peut faire pire, à savoir s’asseoir sur ses acquis et partir du principe que la seule mission de la DSI soit de conserver le patrimoine péniblement créé ces derniers années (au diable l’innovation).

Plus vicieux, celui de déléguer le budget informatique aux directions métier. Le financier allait lui-même acquérir et payer pour sa solution comptable ; le DRH sa solution RH ; etc. Ces derniers étant maintenant assez murs pour utiliser un ordinateur, il devait en aller de même pour choisir le logiciel le plus apte à répondre à leurs besoins (notez bien que cela allait engendrer une complexité du SI … chose qui coûte).

Car une ligne budgétaire qui enfle de manière chronique (en l’occurrence celle des investissements et services informatiques), cela dérange …. surtout lorsque l’on ne voit pas trop à quoi cela peut servir (aurait-on touché du doigt le « vrai » sujet ?).

Mon métier à moi ? Je fais de l’informatique !

Cherchez bien, mais cherchez peu. Le scénario ci-dessus, même si le trait est volontairement forcé, vous décrit ce que je perçois ici et là comme un problème de fond.

PME/PMI, grandes entreprises, collectivités, organisations de toutes natures et tous domaines sont tous impactés par le numérique. Cette tendance va s’accentuer. Et pour ceux que cela dérange, comprenez bien que cela ne risque pas de s’inverser … tout particulièrement dans le tertiaire.

Chaque entreprise doit donc s’astreindre une stratégie numérique. Certains domaines fortement impactés comme la musique nous le prouve, vous n’êtes sans doute pas à l’abri de pâtir du numérique … ou de vous en servir. A vous de choisir l’option qui vous parait la plus opportune.

Comprenez bien que vous ne pouvez plus vous contenter de réaliser des économies de bouts de ficelles. Votre métier est, va ou sera bientôt révolutionné, abordant sa mouvance vers le numérique. Dans très peu de temps, nous devrions donc tous avoir le numérique comme cœur de métier.

Loi de Moore = Cloud Computing

Vous connaissez sans doute la fameuse Loi de Moore, conditionnant l’évolution constante du marché du silicium et des microprocesseurs. Sans remettre en cause la vérité du concept ou bien encore se poser la question de son exactitude à terme, force est de constater que les lois empiriques décrites par Moore nous offrent un éclairage plus qu’intéressant sur le Cloud Computing.

Loi de moore

 

Comprenez bien que nous sommes aujourd’hui, comme l’écrit Chris Anderson dans Free !, dans une ère d’abondance. Les ressources informatiques (fondements du Cloud Computing) que sont la bande passante, le stockage et la puissance de calcul doublent leurs limites tous les 18 mois pour un prix deux fois moins élevé.

Prenez l’exemple d’un Google. Lorsque le géant de la recherche créé un nouveau data center, celui-ci se trouve être deux fois moins cher et deux fois plus puissant qu’un de ceux qu’il avait créés 18 mois plus tôt.

Une industrie d’abondance

De quoi répondre à la demande croissante de ressources informatiques, mais surtout d’accroitre les revenus d’un marché toujours plus en expansion et d’en réduire de plus en plus le prix d’acquisition pour les clients. Et nous allons de plus en plus tendre vers l’infini et le zéro.

Regardez es tarifications d’un Amazon Web Services. Ils se sont permis de les baisser 23 fois depuis 2006, annonçant même 25% de réduction sur leur offre de stockage S3 en novembre dernier …. et la tendance devrait continuer, encore et encore. Historiquement, l’offre d’Amazon est issue du gaspillage que permet l’abondance : que faire de ses ressources informatiques inutilisées, si ce n’est les revendre à son voisin ? Et la firme de Bezos est allée encore plus loin dans le concept en recyclant les instances inutilisées sous forme d’enchères, grâce à son offre Spot Instances.

Car finalement, le Cloud Computing est une démarche qui outre ses spécificités techniques, rend accessible à n’importe qui ces ressources abondantes et quasi infinies.

Le cas de la messagerie est étonnant de vérité. Qui payerait encore pour avoir une boite mail personnelle ? Personne ! La question que l’on pourrait donc se poser est de savoir combien de temps payerons-nous encore nos boites mails professionnelles ? Reste à attendre une entreprise qui le proposera et redéfinira le marché, en trouvant un business model qui puisse, à l’image de ce que réalise Google avec son placement de publicité, permettre de proposer gratuitement des outils aujourd’hui payants. Les ventes actuelles ne s’appuient que sur la volonté des entreprises de s’assurer d’un service contractuel professionnel et appuyé par une démarche différente que celle proposée au grand public. Le verrou ne demande donc qu’à voler en éclats.

Où va-t-on, donc ? L’abondance promet un Cloud toujours plus puissant et moins cher, et devrait réaliser la vision de Nicholas Carr dans The Big Switch, qui comparait l’informatique à l’électricité. Vous risquez donc bien avant de pouvoir souffler, voir cette grande idée se réaliser et vous affranchir de l’informatique comme d’une ressource ne nécessitant plus qu’un bouton On/Off pour pouvoir alimenter vos idées.

Just as the last century’s electric utilities spurred the development of thousands of new consumer appliances and services, so the new computing utilities will shake up many markets and open myriad opportunities for innovation. Harnessing the power of the computing grid may be the great enterprise of the twenty-first century.