Le travail collaboratif est utopique

La collaboration est une chose qui existe rarement dans nos entreprises. Mais de quoi donc parlons-nous, lorsque nous abordons la notion de collaboration ? Tout au plus du travail coopératif, que l’on peut distinguer d’avec le travail collaboratif de la manière suivante.

  • Coopératif : Agir conjointement à l’exécution
  • Collaboratif : Travailler ensemble

Comme le décrit Marie-France Blanquet, le travail collaboratif représente l’exécution d’activités en groupe, là où la coopération fait appel à l’entraide et l’esprit d’équipe. Dans le premier cas, celui de la collaboration, un engagement mutuel est nécessaire pour résoudre le travail à effectuer, donc une volonté non subie. Dans le second, la coopération, chacun est responsable d’une partie d’un ensemble représentant le travail à effectuer, et donc un travail subi car ordonné.

Les pratiques managériales actuelles s’accommoderaient donc mieux de la coopération, et en allant plus loin dans l’analyse, cela nous rappelle aux principales raisons du dérèglement du travail que nous constatons actuellement.

La recherche de qualité totale déshumanise totalement le rapport au travail, élève le processus au delà de l’humain et  nécessite l’ordonnancement des tâches ainsi qu’une coopération des employés. De l’autre côté, l’évaluation individualisée des performances pousse la division du travail à un point tel que toute approche collective devient automatiquement caduque, rendant le travail collaboratif utopique.