Vers un démantèlement des réseaux sociaux ?

Si une stratégie Mobile First équivaut à placer les applications mobiles en avant des applications Web classiques, Facebook nous apporte aujourd’hui un éclairage sur ce qui risque d’être un mouvement général.

Car se pose l’existence même des plateformes, concentrant applications et services au travers d’un accès unique, d’une expérience globale. Le réseau social étalon est aujourd’hui en phase de diversification, comme nous avions pu le constater à la suite des rachats de WhatsApp et d’Instagram, mais est aussi en train de démanteler son application Web et donc toute sa logique concentrique.

socnet

En dissociant Messenger de Facebook pour la rendre autonome, mais aussi en supprimant certaines applications, où comme vient de le faire Google en créant des applications Documents et Feuilles de Calculs extraites de Google Drive, prime est aujourd’hui à ceux qui assureront une présence de tous les moments.

1 besoin = 1 application

En quoi cela est-il stratégique ? Et bien tout simplement, nous constatons un mouvement d’utilisateurs du réseau social ainsi qu’un vieillissement de sa base active au profit d’applications mobile : WhatsApp, Snapchat, etc.

Comment l’analyser ? Pour faire simple, à force de vouloir toujours en faire plus, Facebook a noyé sa force dans un produit protéiforme. Ajoutez à cela, l’apparition de publicités de plus en plus intégrées et voyez le résultat.

Nos envies ne sont satisfaites que par des applications qui nous sembleront à même de répondre à nos besoins. Comme nous l’entendons, au moment où nous le souhaitons, car nous ne sommes pour la plupart que des consommateurs passifs d’un Internet ancré dans notre quotidien. Sauf qu’à concentrer de nombreuses applications au sein d’une seule et même plateforme, et donc d’une même application, risque est pris de voir les utilisateurs ne pas tirer parti de l’ensemble de ses services. Voir ne pas en utiliser du tout.

Facebook se démarque également par son omnipotence. Tout le monde s’y trouve (parents, commerçants, professeurs, marques, célébrités, entreprises, etc.), galvaudant la notion d’amis ainsi que son concept initial. En cela, le réseau social prône l’égocentrisme, la mise en scène, l’indélébile plus que le réel lien social, la spontanéité et l’instantanéité.

Et puis, ne perdons pas de vue que ce changement est néfaste aux affaires. Facebook tirant ses revenus de la publicité, il doit absolument diversifier ses revenus et les basculer sur les périphériques mobiles, chose qu’il est aujourd’hui en passe de réussir.

Facebook1

De ces constats, en résulte une mosaïque d’applications, et marque peut-être à terme la fin des plateformes concentrationnaires. Tout du moins, dans leur forme actuelle.

Indirectement, ceci risque d’impacter encore plus les applications Web classiques au profit du mobile, et remettre en cause l’hégémonie des navigateurs Web.

Car la mobilité a cela de magique qu’elle nous rapproche du Web et ses choix quasi infinis. Toujours à portée de main, les appareils mobiles sont ceux qui, en lieu et place des plateformes, se trouvent désormais au centre de nos vies.

Le clavier fait de la résistance

À l’usage, je me suis fortement habitué à l’utilisation de mes appareils mobiles dans ce qu’ils font de mieux, à savoir celui de la consommation de contenus : jeux, musiques, documents, informations, etc. Dans tous ces usages, la tablette a totalement éclipsé l’ordinateur de ma vie numérique personnelle.

À dire vrai la navigation sur tablette est quasi optimale au point d’éclipser l’impératif besoin d’une souris comme pointer principal. Le partage est facile et simplifié. Reste un seul écueil, la production de contenu, chasse gardée de l’ordinateur et de son appendice numéro un : le clavier.

Mobilité = Productivité ?

Ce que l’on reprochait assez justement aux OS mobiles était de ne pas nous fournir nos applications professionnelles. Typiquement, un poste de travail sans un Microsoft Office est rapidement défini comme inutile dans de nombreuses organisations.

Mais l’écueil est en voie de ne plus exister. Microsoft vient de sortir un Office 2013 qui même s’il peut décevoir est taillé pour le mobile,  Google Drive et autres sont des outils plus que matures permettant de couvrir à minima 95% des usages professionnels que de tels outils peuvent nécessiter (offrant même certaines fonctionnalités que ne peuvent se targuer nos bonnes vieilles applications de bureautique).

En ce qui concerne les applications professionnelles, même combat. Le nombre d’applications spécifiques aux tablettes est en train de s’envoler et pas une application professionnelle digne de ce nom n’irait aller à l’encontre d’un marché qui crie à l’envi, la volonté d’avoir une application mobile digne de ce nom. Les développeurs mobiles allant même jusqu’à rendre une meilleure copie sur tablette, réservant des usages plus complets (et souvent moins ergonomiques) aux versions web classiques.

L’OS mobile offrirait même certains usages que ne peut se permettre un PC / Mac. Par exemple des facilités de partage, des ponts intra-applications facilités, une connectivité 3G (ça parait idiot, mais un ordinateur a encore aujourd’hui rarement un emplacement pour une carte SIM), un centre de notifications, etc. Sur nos ordinateurs il faut parfois batailler, voir abandonner même l’idée de pouvoir profiter de telles fonctions qui de mon point de vue vont rapidement devenir capitales pour tout environnement de travail se voulant productif.

Pourquoi une telle simplicité et une telle promesse ? Principalement parce que l’OS mobile cadre les développeurs. L’OS desktop complexifie, par ses possibilités infinies, son ergonomie. En un mot comme un seul, les appareils mobiles sont de plus en plus efficaces, quel que soit le contexte. Et cela facilite leur adoption et l’éclosion d’usages nouveaux.

L’ordinateur désuet ?

Que reste-t-il donc à l’ordinateur, si celui commence à perdre en efficacité ? Une souris, des fenêtres applicatives ? Tout simplement un clavier. Et oui, bien sûr, vous pouvez toujours annexer un clavier à votre tablette.

Même si je commence à m’habituer aux claviers virtuels, force est de constater que rien ne remplace un vrai clavier physique. Tout du moins pour le moment. Et dans le domaine, les choses avancent vite. Microsoft et quelques autres constructeurs ont montré quelques bribes d’ingéniosité en matière d’hybridité mobile. Un clavier rétractable pourrait être une solution, mais l’avenir nous réserva, j’imagine, quelques belles surprises.

Ce qui se dessine néanmoins, c’est une fusion vers un OS nouvelle génération. Chrome OS ou autres bureaux Cloud peuvent poser les bases d’une uniformisation. Nos applications sont aujourd’hui presque toutes disponibles via un navigateur, facilement virtualisable ou accessible en déportée lorsque cela est nécessaire. L’OS mobile se pose en chantre de l’ergonomie et le champion de consommation de contenu.

L’ordinateur n’a donc plus rien que le seul couple clavier/souris et la rapidité qu’il promet comme domaine exclusif.

L’hybridité puis la fusion

Entre temps, Microsoft signe un nouvel opus de son système d’exploitation, en la présence de Windows 8. Cet OS est à la fois desktop et mobile, marié à un matériel qui au mieux d’être innovant se voudra étonnant. Un OS de transition hybride pour des usages et une évolution du système d’exploitation vers quelque chose de nouveau.

De son côté, Apple a amorcé l’évolution en commençant par une pratique qui en aurait étonné plus d’un il y a de cela encore 5 ans, à savoir intégrer des fonctions purement mobiles à son Mac OS X avec l’apparition du Notification Center et des facilités de partage vers les réseaux sociaux.

Reste au final à imaginer une sorte de Responsive Design propre à un OS unique, s’adaptant au contexte, au matériel, au besoin. Sur ce terrain, le clavier parait aujourd’hui le seul outil résistant encore au changement. Vers quoi nous tourner ? Des solutions nées des usages développés par les claviers virtuels et autres T9, l’évolution des technologies et assistants vocaux telle que Siri, voir pourquoi pas des idées optiques ? Les ingénieurs de Google se sont déjà posé cette question dans le cadre de leur projet « Glasses », ce dernier allant jusqu’à nous envoyer des informations via de simples vibrations.

project-glass-virtual-input-625x1000

 

Les interfaces vont donc évoluer, rapidement. Mais quel que soit les formes qui le substitueront ou non,  le clavier physique est aujourd’hui  le seul outil réellement apte à permettre d’évoluer dans des conditions que nous voulons optimales pour travailler.

Reste à savoir pour combien de temps encore ?

Le Cloud comme nouvel OS dominant

Je vais vous raconter une histoire.

Jusqu’aux années 80, l’informatique était une discipline strictement réservée à l’entreprise. Mais petit à petit, l’ordinateur s’immisça dans nos foyers,  l’Internet allant même, aux débuts des années 2000, se tailler une place de choix dans nos vies. Nous avions encore une séparation franche entre nos environnements informatiques professionnels et personnels, nos données et logiciels étant localisés sur nos propres machines.

Mais un autre basculement allait s’opérer. Le succès du Web permit de s’émanciper de cette localisation, nos données et logiciels commençant à migrer petit à petit sur la toile. Dans le même espace-temps, ces mêmes logiciels Web dépassaient en qualité ceux qui nous étaient fournis dans notre cadre professionnel. Nous étions mieux équipés, mieux préparés, nos usages évoluant à un rythme que nos organisations professionnelles avaient souvent du mal à tenir.

C’est à ce moment qu’émergea la Génération Y. Plus qu’un groupe de personnes, ils portaient en eux l’embryon d’une mutation que notre société allait vivre. Nous allions tous désormais devoir suivre leur rythme, et aux entreprises de subir un train qui fusait tambour battant. Et pendant que nous commencions à vivre l’ubiquité de nos vies digitales et physiques, l’informatique allait s’émanciper de l’ordinateur comme seul terminal d’accès. La mobilité allait en seulement 5 ans, changer radicalement notre manière de consommer le digital. Toujours dans notre poche, toujours à portée de main.

L’informatique allait devenir une ressource accessible à la demande. Si nos données étant déjà dans le Web, la mobilité amplifia le phénomène. Le Cloud personnel était né. Seul compte désormais les services consommés, s’affranchissant de la question du  moyen d’accès et reléguant par la même occasion la sphère d’influence des systèmes d’exploitation d’antan.

Et c’est ici que notre histoire se termine, ne laissant qu’à notre imagination le loisir de griffonner ce que le futur pourrait être.

  1. Arrivée de l’informatique grand public, d’Internet et du Web 2.0
  2. Naissance de la Génération Y et évolution des usages
  3. Explosion de la mobilité, ère post-Microsoft
  4. Émergence du Cloud comme système d’exploitation dominant
  5. ?

Chaque individu emporte avec lui son propre système d’exploitation, son Cloud personnel. Il est désormais difficile de ne pas le reconnaître. Je croise des dirigeants et autres responsables qui se rassurent à croire qu’un firewall peut encore les épargner, mais le phénomène est déjà dans les murs, dans nos poches, sur le Web et donc partout.

Ne pensez pas qu’en bloquant des services comme Facebook ou DropBox, voir en proposant un service « à peu près » équivalent vous allez satisfaire la foule. Cette dernière refusera purement et simplement l’idée que vous puissiez choisir pour elle. Nous avons aujourd’hui tous le loisir du choix, suivant le moment et le contexte. Rien ne pourra infléchir cette tendance.

En informatique, un système d’exploitation (OS) est un ensemble de programmes qui dirige l’utilisation des capacités d’un ordinateur par des logiciels applicatifs

Nos bons vieux OS peinent à se faire une place, relégués qu’ils sont par les navigateurs Web comme porte d’entrée vers le système d’exploitation moderne qu’est le Cloud. Car si l’OS dirige les capacités d’un seul ordinateur, le Cloud tire parti d’une infinité de ressources.

Nous pouvons même imaginer nous affranchir de cette surcouche, ou tout du moins arrêter d’y prêter attention là il était hier impensable de passer outre. Microsoft s’essaye à contrer cette tendance en sortant l’ovni Windows 8, mariage improbable entre un OS ancestral, le Cloud et le tactile …

Selon Gfk, il se vend aujourd’hui en France plus de tablettes que de PC. Depuis le début de l’année, le best-seller des ventes d’ordinateurs sur Amazon US n’est pas un PC Windows, ou bien un Mac, mais un Google Chromebook.

À suivre …

amazon-chromebook

L’avénement du Bring Your Own Cloud

Nous sommes tous confrontés au phénomène du Bring Your Own Cloud. L’idée ? À l’image du Bring Your Own Device (BYOD), le BYOC constitue la tendance des employés à utiliser leur environnement Cloud personnel dans leur contexte professionnel.

Petit rappel, rappelons-nous que le nombre d’objets connectés est en train de croitre, et que la tendance ne devrait pas s’infléchir.

Global Connected Devices

Dans le cas de l’utilisation de logiciels / applications Web on parlera de Bring Your Own Application (BYOA) et très souvent d’outils de communication ou de collaboration du type Google Apps, Skype, Evernote, iCloud, Dropbox, Skydrive, etc. Ces applications se déploient à une telle croissance qu’elles sont en train de redéfinir le modèle dominant du monde du logiciel.

Ce conglomérat d’applications et de données, personnel et/ou professionnel, constitue le Personal Cloud de chaque individu. C’est la pratique de l’utilisation de ce Personal Cloud dans le cadre professionnel que l’on nomme Bring Your Own Cloud. Cet environnement est maintenant mobile, toujours à portée de main, et non plus localisé sur un ordinateur personnel.

En soit le BYOC est le dernier avatar de la consumérisation de l’informatique. Cette tendance est en train de s’étendre à l’ensemble de la sphère professionnelle, vous êtes même sans doute victime du BYOC sans le savoir. Et 2013 devrait voir le phénomène littéralement exploser !

Subir la réalité

Les entreprises subissent aujourd’hui le BYOD. Un nombre croissant de la population a un smartphone et/ou un appareil connecté dans sa poche.

Il y a aujourd’hui 60 millions de téléphones portables en France, et il est clair que le BYOD est un formidable accélérateur pour le BYOC (et inversement). Si vous êtes un DSI ou un dirigeant et que vous lisez ces lignes, soyons clairs : vous ne pourrez que très difficilement endiguer le phénomène.

idc-evolution-vente-smartphone-volume-2009-20121

Vous pouvez vous amuser à interdire les smartphones, mais je vous souhaite bonne chance. Qu’invoquerez-vous, sorti d’éléments juridiques ou sécuritaires ?

L’interdiction est même un non-sens. Il est rare de crier à la fuite d’informations lorsque l’on parle du papier, pourtant le problème est le même. Il y a toujours eu autant d’hypocrisie sur le sujet, spécialement lorsqu’on se rend compte que nombre d’entreprises peuvent déployer des montagnes de sécurité informatique (firewall bloquant Internet, blocage des ports USB, etc.), mais qui ne s’alarme pas de choses plus communes (email utilisable sans restriction, bureaux physiques accessibles pour le premier quidam venu). Plus inquiétants, les VIP sont aujourd’hui les premiers à pratiquer le BYOD et à outrepasser leurs propres garde-fous … et l’ère post-PC incarnée par l’iPad risque fort de confirmer cette constatation.

Comprenez bien que lorsqu’une personne s’achète le dernier iPhone, il ne va pas aller l’amener à son service informatique et demander qu’on lui installe le dernier logiciel maison pour faire son travail. Non, il va tout simplement aller sur l’App Store de son mobile et télécharger l’application dont il a envie et qu’il souhaite installer à l’instant.

Que ce soit pour travailler ou non, n’entre même pas en ligne de compte, car nous parlons d’un sujet affectif (il suffit de voir le % de personnes qui dorment avec leur téléphone pour bien le comprendre). Il est fini le temps où les utilisateurs doivent s’adapter à ce qu’on leur donne, ils veulent utiliser ce qu’ils souhaitent pour être plus productifs. Qui plus est s’il s’agit souvent de leurs propres appareils.

Que faire, donc ? Accepter l’évolution qu’impose cette tendance de fond.

L’obligation de s’adapter

Le BYOC remet en cause les logiques que les services IT ont mis tant de temps à créer, et c’est ici que le mal de tête commence pour les DSI.

La mode du « Do It Yourself » leur avait déjà mis du plomb dans l’aile. Il est par exemple aujourd’hui très simple pour un manager d’outrepasser son responsable informatique, plutôt que d’attendre que son service maison daigne lui répondre, et directement acheter un service Web en ligne (quand ce n’est pas gratuit, prenez l’exemple de Yammer).

Il faut donc absolument prendre en compte le problème dans sa globalité, accepter le concept et fournir des solutions qui puissent s’adapter autant que possible à la situation. Vous trouverez ci-contre un début de réflexion sur le sujet.

  1. Il y a une apps pour ça ! Premièrement, il va falloir fournir des « Apps », et non plus un logiciel. Cela peut nécessiter de les réécrire, les virtualiser, les adapter … bref, il faut penser services et applications. Au mieux, une apps doit également exister pour les mobiles existant, mais également ceux qui vont sortir
  2. Proposer un réseau adapté et analyser son trafic. Le Web est omniscient et les demandes de plus en plus gourmandes en bande passante se généralisent, poussant nos bons vieux réseaux à bout. Faites-les évoluer pour mieux servir vos utilisateurs. Mieux vaut fournir un WiFi un tant soit peu sécurisé et optimisé que les laisser naviguer sur leurs forfaits data. Profitez-en pour analyser votre trafic, prenez connaissance de leurs usages
  3. Favoriser la culture du self-service. Vous devez adapter votre système au Web, plus que l’inverse. Laissez-vous la possibilité de tirer parti du Web et du Cloud. Si vous bloquez un service pour une raison quelconque, il vous faudra le remplacer par un service équivalent autant que possible sous peine de rejet. Soyez réactifs aux évolutions et aux nouveaux usages, car vos utilisateurs auront souvent un temps d’avance
  4. Informer et communiquer. Plus que jamais, il va falloir échanger avec vos utilisateurs. Traitez tout le monde de la même manière, du VIP à l’employé de base, chacun doit s’astreindre à des règles identiques. Contractualisez la pratique
  5. Fournir des services de sécurité. Le Web et le Cloud ne doivent pas automatiquement rimer avec insécurité. Développer une démarche Bring Your Own nécessite plus que jamais la mise en place d’éléments de sécurité extrêmement pointus. Sécurisez ce qui doit être sécurisé, et ne tombez pas dans les dérives sécuritaires encore trop en vogue

Le Bring Your Own Cloud est un mouvement global. Les utilisateurs sont aujourd’hui de plus en autonomes, de plus en plus rompues aux nouvelles technologies et aptes à adapter leurs usages à la moindre évolution. Par rebond, les appareils mobiles et les solutions Web sont en train d’envahir les entreprises.

La consumérisation de l’informatique fait qu’aujourd’hui tout le monde le pratique, l’ubiquité du Web rendant le déni impossible par les entreprises. Il faut donc intégrer le mouvement, le comprendre, faire évoluer son système d’informations, ses règles, sa manière de traiter l’information.

L’entreprise doit s’y préparer sous peine de rester à la traine et voir ses employés développer un système d’information parallèle.

Le meilleur (et le pire) de la mobilité

Une étude intéressante de Pew nous rappelle que, malgré le phénomène, la mobilité a son lot d’avantages et d’inconvénients.

  • 85% des adultes américains ont un téléphone portable (49% possèdent un smartphone)
  • 67% des possesseurs de mobiles vérifient souvent leur appareil pour voir s’ils n’ont pas manqué un message, une alerte ou un appel (même sans que cela fasse suite à une sonnerie ou une vibration)
  • 44% des possesseurs de mobiles dorment avec leur téléphone portable pour ne pas manquer d’appels, de messages ou une notification durant la nuit
  • 29% des possesseurs de mobiles ne s’imaginent pas vivre sans leur appareil
  • 11% des possesseurs de mobiles s’inquiètent parfois de passer trop de temps avec leur téléphone
  • 39% des possesseurs de mobiles déclarent que certaines de leurs connaissances ce sont plaints parce qu’ils ne répondent pas rapidement aux appels téléphoniques ou aux SMS