La Poste, on a tous à y crever !

Dernièrement je suis tombé sur cet article traitant de notre bonne vieille Poste. On nous promet un « boost de la transmission du savoir » via la mise en place d’un réseau social d’entreprise. Intéressant !

L’accélération de l’apprentissage se fait via des vidéos en marge de leur nouvel Espace Service Client, ce même concept qui divisa le temps d’accueil par deux aux guichets. L’idée est de diffuser des bonnes pratiques via le média très véloce qu’est la vidéo. En voici deux exemples :

Histoire de ne pas en rester là, Eric Laurent -gestionnaire du changement- répond de la manière suivante à la question « A quelles autres applications pensez-vous maintenant ?«   :

Aller plus loin sur la conduite du changement, en intégrant des leviers du Lean

Le Lean, le gros mot est lâché. Mais reprenons le fil de l’actualité …

  • Septembre 2011, un employé de La Poste se défenestre sur son lieu de travail
  • Mars 2012, deux employés de La Poste se défenestrent sur leur lieu de travail
  • Dans la foulée, le PDG du groupe Jean-Paul Bailly commande un rapport sur le bien-être au travail à La Poste

Ce mardi étaient rendus publiques les conclusions de ce rapport. Ces dernières sont sans appel et s’articulent autour de 8 chantiers traitant aussi bien du management que de la fonction RH.

Bref, le joli tableau d’une entreprise qui s’essaye à faire face et à s’inventer des solutions. Mais ne nous y trompons pas, l’exercice peut être plus complexe et insidieux. Ce type d’exemples malheureux, où l’humain sera laissé de côté au profit de la productivité et qui dans le cas du groupe La Poste -comme dans beaucoup d’autres- sont bien souvent programmés, risquent de bientôt devenir monnaie courante … Mais le prix à payer ne serait-il pas trop élevé ?

Et bien évidemment le RSE risque d’être intégré dans cette démarche d’excellence opérationnelle …

Social Business, facteurs d’adoption et d’entrave

Qu’on se le dise, l’Entreprise Collaborative, Connectée, 2.0, Sociale, etc. est en ordre de marche, le monde est ainsi fait et ne nous attendra pas. Malgré tout, la « crise » est là pour nous le rappeler et de nombreuses organisations peinent encore à se réveiller (mais sont-elles réellement conscientes me direz-vous ?).

Le problème ? Les directions, les managers, la culture, les valeurs d’entreprise, … un refrain mis en avant par Deloitte dans son rapport de recherche « Social Business: What Are Companies Really Doing ? » de Juin 2012. Voir des échanges sur ce rapport dans la vidéo ci-dessous.

Mais revenons à nos moutons pour nous pencher sur le fond du problème, à la vue des deux résultats d’enquêtes suivants (toutes deux centrées sur l’adoption des social software).

Les résultats parlent d’eux-même.

  • Facteurs d’Adoption : Vision claire et soutien de la direction (leadership) / Culture d’entreprise adaptée
  • Facteurs d’Entrave : Manque de compréhension de la direction (pas de ROI, autres priorités)

Une conclusion ? Je vois beaucoup d’entreprises qui pavoisent à l’envie que leurs expériences sur les réseaux sociaux sont des réussites. Bien évidemment, il s’agit souvent d’une démarche qui peut amener à des résultats satisfaisants et à bouger un peu les lignes, le type d’approche important finalement assez peu. De l’autre côté nous avons toutes celles qui croient à la baguette magique et se plaignent d’une adoption quelque peu décevante.

Et puis, au détour de quelques confidences, vous vous rendez-compte qu’il s’agit souvent des même entreprises …

Hey ! ton réseau est peut-être « social » mais ta culture ne l’est pas

Toi manager, toi dirigeant, toi employé … si tu as l’impression de laisser une partie de ta personnalité chez toi en allant au travail poses-toi des questions.

Réseau – Social – D’entreprise

Dit comme ça, ces trois mots n’ont pas l’air d’aller de pair. Spécialement lorsque l’on se rend compte que les personnes qui composent une organisation ont déjà du mal à coopérer ensemble. Alors collaborer pour le bien d’une belle et grande entreprise ! … hum

Le problème ? Il est bien évidemment culturel. Difficile à faire avaler après nombre d’années passées à broyer ses employés, à les éduquer à l’aide d’outils monolithiques véhiculant des valeurs totalement incompatibles avec ce que prône le Réseau Social (partage, transparence, empathie, etc.)

Et d’ailleurs, qu’elles sont-elles ces valeurs d’entreprises ? Celles qu’affichent fièrement votre site Web et vos plaquettes commerciales sont-elles réellement en accord avec la réalité ?

Vous savez quoi ? je pense que la réponse est négative. Non ? 🙂