Hello, Android

Rapide Feedback sur le développement sous Android, la nouvelle plate-forme de développement mobile de Google (pour ceux qui restent terrés dans une grotte).

Je ne vais pas vous abrutir de code ou autre, mais juste vous faire partager ma découverte du Framework de développement et principalement l’installation de ce dernier, avant de vous lancer dans les premiers tutoriaux.

Je tiens également à rappeler qu’à la base je ne suis pas un spécialiste du développement Java. Bien évidemment, avec des yeux, un cerveau et quelques notions de développement tout le monde peut à priori s’auto-former pour venir à bout des premiers ateliers de développement sous Android.

J’utilise l’IDE Eclipse (Ganymede), non-inconnue des spécialistes Lotus Notes. Tiens d’ailleurs, en parlant d’IBM, on trouve également des références à Android sur le developerWorks : Introduction to Android. Encore une vertu de l’Open Source ?

Pour ma part je me suis documenté à partir de la source qui paraissait la plus fiable, à savoir le réseau Android Developer de Google.

android

Première étape, l’ installation du SDK (le 1.6 pour ma part) dont voici les grandes lignes (oui, oui, je suis sous Windows):

  • Télécharger et extraire le SDK dans le dossier de votre choix (au hasard, le répertoire d’Eclipse).
  • Insérer le chemin du répertoire tools du SDK dans la variable d’environnement PATH.
  • Installer les Android Development Tools (ADT)
  • Configurer Eclipse pour qu’il pointe correctement sur votre SDK Android

A partir de ce moment là, votre environnement de développement est fin prêt … histoire de développer notre bon vieux Hello, World (sic !).

emulateur-android

D’ailleurs, ce qui m’a de suite amusé, c’est l’utilisation de l’émulateur de terminal (surtout si comme moi, vous avez un smartphone sous Android). Pour pouvoir lancer cet émulateur, vous allez devoir créer un Android Virtual Device (AVD). Pour se faire il va nous falloir utiliser un utilitaire du SDK :

android create avd –target 4 –name MonAVD

Note : L’option –target représente l’environnement de développement sur lequel l’émulateur s’exécutera (en l’occurrence 4 pour la version 1.6 du SDK).

Pour finir, côté développement, puisqu’il faut bien en parler un peu, la création d’une application se décompose en deux parties, à savoir le code et la mise en page (layout).
Les différents tutoriaux de base fournis par Google, nous permettent donc d’explorer les différentes possibilités du Framework :

  • Disposition graphique
  • Eléments standards (boutons, choix, liste, etc.)
  • Utilisation de Google Maps
  • Localisation d’une application

Bref, voilà de quoi vous forger un avis sur le développement sous Android. Le reste étant plus lié à Java, et donc à vos talents de développeur pur.