La Gamification en interne … Game Over ?

La Gamification en interne, où le transfert de mécaniques de jeu au sein de l’Entreprise, a le vent en poupe et je n’y vois pas que du bon.

De prime abord intéressante, car touchant cette fameuse frange de la population qui joue (et ils sont nombreux …), il est néanmoins bon de ne pas en fourvoyer la mise en pratique pour en faire un outil au service de. Attention aux effets secondaires : oui à la Gamification comme moteur d’efficacité / de fun, non à la Gamification comme outil de qualité / de contrôle.

Qu’on ne s’y trompe pas, donner un badge ou une quelconque récompense virtuelle ne garantira jamais le comportement désiré de vos collaborateurs. Inspirez-vous des exemples qui sévissent ici et là si vous le souhaitez, certains acteurs du Web Social le font parfaitement (feedback, badges, compétition, rangs,  …) mais n’y voyez pas une énième façon de faire marcher vos collaborateurs au diapason ou en les confrontant les uns les autres.

La Gamification n’est et ne pourra être que le soutien d’une stratégie et d’une culture d’entreprise compatible avec de telles mécaniques. Et pour les autres me direz-vous ? la partie est peut être déjà finie …

Social Business, facteurs d’adoption et d’entrave

Qu’on se le dise, l’Entreprise Collaborative, Connectée, 2.0, Sociale, etc. est en ordre de marche, le monde est ainsi fait et ne nous attendra pas. Malgré tout, la « crise » est là pour nous le rappeler et de nombreuses organisations peinent encore à se réveiller (mais sont-elles réellement conscientes me direz-vous ?).

Le problème ? Les directions, les managers, la culture, les valeurs d’entreprise, … un refrain mis en avant par Deloitte dans son rapport de recherche « Social Business: What Are Companies Really Doing ? » de Juin 2012. Voir des échanges sur ce rapport dans la vidéo ci-dessous.

Mais revenons à nos moutons pour nous pencher sur le fond du problème, à la vue des deux résultats d’enquêtes suivants (toutes deux centrées sur l’adoption des social software).

Les résultats parlent d’eux-même.

  • Facteurs d’Adoption : Vision claire et soutien de la direction (leadership) / Culture d’entreprise adaptée
  • Facteurs d’Entrave : Manque de compréhension de la direction (pas de ROI, autres priorités)

Une conclusion ? Je vois beaucoup d’entreprises qui pavoisent à l’envie que leurs expériences sur les réseaux sociaux sont des réussites. Bien évidemment, il s’agit souvent d’une démarche qui peut amener à des résultats satisfaisants et à bouger un peu les lignes, le type d’approche important finalement assez peu. De l’autre côté nous avons toutes celles qui croient à la baguette magique et se plaignent d’une adoption quelque peu décevante.

Et puis, au détour de quelques confidences, vous vous rendez-compte qu’il s’agit souvent des même entreprises …